Partagez | 
 

 There's a Beast Behind Me {-Amande-}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alex Parker

avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Localisation : Bon Temps
Emploi/loisirs : Cherche un emploi
Humeur : Pas si mauvaise

MessageSujet: There's a Beast Behind Me {-Amande-}   Jeu 18 Fév - 4:46


There's a Beast Behind Me


Cela faisait maintenant bientôt deux semaines que j'avais déposés mes valises dans la ville de Bon Temps, une petite ville dans l'État de la Louisiane. Deux semaines mais j'avais plutôt l'impression que cela faisait plusieurs mois. Il n'y avait pas beaucoup d'habitants mais surtout: il n'y avait rien à faire. Ils ne pleuvaient pas de magasins, ni de clubs. De plus, il ne semblait pas y avoir beaucoup de jeunes de mon âge, ce qui commençait à sérieusement me décourager. Après tout... J'étais parti de chez moi pour faire de nouvelles expériences et de nouvelles connaissances. Mais ici, il n'y avait rien. À part peut-être des vieillards qui se balaçaient sur leurs vieilles galleries pourrites. Tout me décourageait. En particulier ma recherche d'emploi qui ne semblait pas vouloir se terminer de si tôt. Quelque chose me disait que je n'allais pas rester longtemps à Bon Temps. J'en avais vue d'autres et je l'ai avais fuit presqu'aussitôt. Je préférais de loin les villes, beaucoup plus exaltantes et palpitantes que ces terrains de camping sur lequel il ne se passe strictement rien.

Je n'avais défait aucun de mes sacs dans mon nouvel appartement. Inutile. Tout ça sentait mauvais. Je n'allais pas rester longtemps de toute façon. Il me fallait vraiment une bonne raison pour vouloir rester dans ce trou à rat. Quelle idée m'avait prit de venir en Louisiane? Peut-être pour son paysage... Quoi qu'il soit bien joli, je m'en lassais rapidement.

J'étais assis sur l'unique fauteuil qui occupait mon petit salon. Celui du propriétaire. Naturellement, il était inutile que j'apporte avec moi des meubles. Je n'en possèdais aucun de toute manière. À quoi cela servait-il? Je ne restais jamais assez longtemps dans une ville pour vouloir m'installer et enfin me faire une vraie vie. Quelques rencontres par-ci, par-là, mais jamais très intéressantes. Quelques boulots, petits ou gros, jamais très payant. De plus je n'avais qu'une simple voiture pour me déplacer d'une ville à l'autre. Une voiture d'ailleurs à laquelle je tenais énormément: une belle ford mustang noire de 1967 que j'entretenais comme un forcené pour la garder dans le meilleur état que possible. J'investissais le moindre dollard que j'avais sur cette caisse que je ne pouvais m'empêcher de regarder avec amour.

Je regardai les murs de mon appartement, réfléchissant à tout et rien. J'avais simplement envie de changer d'air. J'en avais besoin. D'ailleurs, j'avais cru voir, lorsque j'étais emménagé deux semaines plutôt, un joli parc qui se trouvait tout juste à côté du bloc appartements dans lequel je vivais. Et si j'allais y faire un petit tour? Il était rendu tard, presque 22hrs00 mais bon, pourquoi pas? Après tout, je n'avais strictement rien à faire et le temps passait plutôt lentement... Je me décidai et me levai d'un pas décidé. Inutile de prendre la mustang, je me renderai au parc à pied. Peut-être y ferais-je une rencontre? Ce serait pas de refus. Je m'ennuiyais seul dans mon coin. Tout est toujours plus drôle à deux. Depuis que j'étais arrivé à Bon Temps, je n'avais parler à personne.

Je sorti de mon appartement minable et sorti à l'extérieur. Malgré la soirée avancée, l'air était toujours aussi chaud. Pas une once de vent. Ciel totalement dégagé. Les étoiles étaient déjà là, toutes plus brillantes les unes que les autres. Mais je ne leur prêta pas attention très longtemps. Ce que je voulais, c'était marcher pour tomber sur quelqu'un. Juste pour parler. De tout et de rien, cela m'importait peu.

Je traversai la rue et me rendai directement au parc que j'avais vu. Tout était noir et silencieux. J'hésitai avant de continuer à avancer. Je n'étais pas très chaud à l'idée de m'aventurer dans un endroit qui m'était inconnu en pleine noirceur. Non pas que j'étais un peureux mais il fallait bien me comprendre aussi. Surtout depuis que le monde savait l'existance des vampires, on n'était plus en sécurité nul part. En particulier lorsque la nuit tombait. Je réfléchissai encore quelques instants et puis me lançai finalement, à la découverte de ce parc. Peut-être était-il sécuritaire malgré tout?


Dernière édition par Alex Parker le Ven 19 Fév - 3:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/forum.htm
Amande L. Roches

avatar

Féminin Nombre de messages : 220
Localisation : Shreveport
Emploi/loisirs : Lycéenne
Humeur : Curieuse

MessageSujet: Re: There's a Beast Behind Me {-Amande-}   Jeu 18 Fév - 17:41

    21h14. Voilà ce qu'indiquait l'horloge de ma petite décapotable noire lorsque j'arrivais dans ce petit village qu'est Bon temps. J'étais fière de rouler avec ma voiture... même si l'état technique laissait quelques fois à désirer. D'ailleurs, j'avais déjà eu quelque petit soucis. Rien de grave, bien entendu. Mais pour le prix, je n'allais pas me plaindre. Non? J'étais même épatée du nombre de kilomètre que je venais de parcourir avec! Bien que j'avais vidé mes économies dans une vieille station essence du fin fond de cette glauque Louisiane. Mais en me levant ce matin, j'avais simplement décrété vouloir ''visiter''. Après tout, depuis mon arrivée aux USA il y a plus de quatre mois, je n'avais pas bougé mes fesses de Shreveport. Alors, après être sortie du lit au aurore, j'avais attrapé le plan de l'état, une bouteille d'eau et mon sac à main. Et j'étais partie. Simplement. J'avais roulé, roulé, roulé. Vers le sud peu être? A vrai dire, je n'avais aucune idée exacte de l'endroit ou j'étais arrivée vers midi. Mais c'était un paysage... reposant?! Étonnant! Car je trouvais pourtant l'endroit un peu trop vert, trop brun, trop... naturel. Et contrairement à la ville ou j'avais posé mes bagages avec ma mère, les lieux semblaient hors du temps...

    J'avais trouvé une supérette dans le pure style de la Louisiane. Parfait pour acheter un casse-croute quelconque. Jambon beurre? Ça fera l'affaire! Car sous le regard fripé et glacial de la vieille femme, je ne me suis pas vraiment attardée. Trop de film d'horreur venaient hanté mon esprit débordant d'imagination lorsque j'entrai dans ce genre de lieux. Passons. Un vieux disque de rock américain au maximum, j'avais repris la route en mangeant mon sandwich. M'arrêtant au gré de mes envies lorsque le paysage ne se résumait plus à de longues routes bordées de verts. Un lac surplombé d'une espèce de brume. Un petit village. Bon j'avoue que j'avais vite fait le tour des différentes options qui se présentaient à moi dans cet état. Et je décidais au milieu de l'après midi de repérer ma position sur cette carte pas très détaillée. Chose assez difficile lorsque votre sens d'orientation se résume à vous repérer dans un centre commercial! Du coup, j'avais été contrainte de trouver une zone ou la vie était présente... ce que je réussis au bout d'une heure. Deux ou trois habitations entouré par quelques mômes. Après s'être étonnée de mon accent français, une gamine habillée à la mode des années 90 m'indiqua plus ou moins efficacement la route à prendre. Mais que faire d'autre à par l'écouter?

    Après plusieurs heures de route, j'aperçus un panneau dont le nom m'était plus ou moins familier. Bon Temps! Je l'avais vu sur la carte et j'avais retenu ce village à la consonance française. Mais il me restait encore pas mal de miles avant d'atteindre ce dernier (donc pas mal de kilomètre, mais étant trop nul en calcul mentale, j'abandonnai rapidement). Peu être existait-il une route plus directe pour se rentre à Shreveport? Seulement, la fatigue de cette long journée m'empêcha de tenter autre chose!

    21h14. Donc oui, quel soulagement d'entrevoir le panneau de ce petit village perdu. Mais les signalisations postées n'importe comment laissaient un doute pour les voyageur. Alors, je décidais de me diriger vers ce que l'on peut appeler ''le centre ville''. Oui, parce que de la à nommer ça un centre ville... Enfin bon! Roulant doucement pour ne pas louper LE panneau dans ces rues mal éclairées, je sentis quelque clocher avec la pétale d'accélérateur. C'était une blague? Un gag? Non! Impossible! Pas maintenant! J'eus le temps de me mettre sur le trottoir avec le peu d'élan que j'avais. J'arrêtai le moteur. Le démarrai. Rien à faire... et ce n'était pas l'essence! Démoralisée, je laissai ma tête reposée sur le haut du volant. Allais-je passer ma nuit ici? J'espérais que non. Mais je ne devais pas non plus trop espérer. Dans un coin pareil, on ne trouve que rarement de garage automobile ouvert à cette heure! Alors que faire? Ma mère injoignable, et aucun numéro de rescousse! Super... vraiment super!

    Je sortis de la voiture après avoir déverrouiller le capot. Après plusieurs longues secondes de galères, j'entendis le déclic annonçant l'ouverture ce ce dernier. Alors je l'ouvris en grand pour essayer de dénicher une quelconque panne. Espoir... quand tu nous tiens! A vrai dire, je ne savais même pas ou se trouvait le liquide de refroidissement et autre truc et machin indispensable au bon fonctionnement d'un véhicule. Alors, sans me faire prier, je refermai le capot avec un bruit sec avant de jeter un coup d'œil au environs. Vide! Si je ne trouvais pas de bar ou autres lieux ouverts, je devrai aller sonner à une porte -chose que je n'affectionne pas. Prenant les clé du véhicule et mon sac, je m'aventurai dans les rues sombres. Cela ne me disait rien qui vaille. En effet, depuis que les vampires étaient sortis de leur placards, se balader la nuit dans un village pommé et sombre n'était pas l'occupation favorite de nous autres les humains! Oui... bien sûr... les vampires ne devaient en aucun cas nous faire de mal! Mais qui croyait vraiment à ces bobards? Je me félicitais mentalement d'avoir toujours une chainette en argent sur mon cou!

    Une ombre! Je l'avais vu... entendu? Enfin, j'étais assez parano pour ne pas vouloir avoir une confirmation de plus près! Tant pis pour ma voiture. Je devais simplement trouver un endroit éclairé. D'ailleurs, si j'avais bonne intuition, je repérais une faible lueur un peu plus loin. Seul hic... traverserais-je le parc qui m'en séparait ou prendrais-je mon temps à faire le tour de ce dernier? Un froissement de tissu? Une espèce de terreur me traversa le corps comme un courant électrique alors que mes jambes avaient déjà pris la décision de courir pour moi. Je me rattachai alors à cette lueur comme un noyé se rattache à sa bouée. Mais à mis chemin, je crus bien que mon cœur... ma vie... était foutu. Je percutai de plein fouet une masse et tombai à la renverse sur le gravier. Accompagner d'un cris ridicule par dessus le marché!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Parker

avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Localisation : Bon Temps
Emploi/loisirs : Cherche un emploi
Humeur : Pas si mauvaise

MessageSujet: Re: There's a Beast Behind Me {-Amande-}   Ven 19 Fév - 3:27

Une carapace venait systématiquement avec les gens qui venaient des grandes villes. Nous n'étions pas comme ceux et celles qui étaient nés et qui avaient grandis en campagne. Malgré le bruit et les lumières trop fortes, rien ne nous effrayait. Nous étions habitué à absolument tout. En particulier ceux qui venait de ville vraiment animée comme moi. Pour certains, Las Vegas est presque un paradis, un mirage en plein désert du Nevada. L'argent coulait à flot et les belles femmes étaient toujours présentes dans les rues de cette ville vivante la nuit. Les sourires étaient bien souvent au rendez-vous mais les meurtres également. Il n'était pas rare de retrouver un nouveau millionnaire couché dans un coin d'une ruelle sombre, les poches vides. Ou encore des gagnants disparus. Ça fait les gros titres le lendemain et tout le monde s'en fou. Les gens continuent d'aller dans les casinos et les cabarets comme si de rien n'était. Les noms et les crimes sont rapidement oubliés comme l'on oublie ce que nous avons mangé la veille. La vie continue et rien ne cesse de tourner, surtout pas la Terre. Tant dis que dans la campagne, un simple accident de voiture peut faire parler le voisinage et ce, pendant plusieurs semaines. Alors que lorsqu'une mort survient, peu importe la façon dont la personne est décédée, cette partie n'est jamais oubliée, ainsi que le nom de la victime. Même des années après, on se souvient, on se remémore l'ami, le parent, le voisin, l'inconnu...

Je possédais l'une de ces carapace de Las Vegas, étant né et aillant vécu là durant toute mon enfance. Mais depuis mon départ de la ville, elle n'était plus aussi solide qu'avant. Encore moins depuis que les morts étaient sortis de leurs cerceuils pour nous effrayer comme dans les classiques d'horreur. J'étais devenu paranoiyaque dans un village et c'était encore pire lorsque je rencontrais sur mon chemin des grattes ciel et des lumières qui m'annonçait les nouvelles histoires de crimes et meurtres. Pourtant, je détestais les petites villes et j'aimais les grandes... Mais tout m'effrayait... J'étais tellement contradictoire...

Je commencais sérieusement à me demander si j'avais eu une bonne idée en venant explorer ce parc à la noirceur. Au lieu de ça, j'aurais pu me rendre dans un pub ou encore rester tranquillement dans mon appartement même si je n'avais rien à faire... Mais ce dernier m'étouffais à un point tel que je n'avais jamais envie de rester très longtemps à l'intérieur. Je voulais faire des rencontres et avancer dans mon cheminement à Bon Temps. Ce n'était certainement pas à rester enfermé que les expériences se vivent. J'étais un jeune homme qui aimait vivre la vie à plein et ce, même si je pouvais être effrayé parfois, je tentais le coup coûte que coûte. Oui j'étais tombé quelque fois mais je me relevais toujours. J'avais beaucoup perdu mais j'en avais encore plus gagné. Je devais connaître au moins une bonne centaine de personnes dans chaque ville que j'étais passé. Naturellement, je n'avais gardé aucun contact mais mes souvenirs vécus par contre était intact. Quand nous avons vécu avec une personne ce que nous avions à vivre, il était inutile de gardé le lien. Ça, je l'avais appris avec le temps.

Je suivais le petit chemin de gravier dessiné tant bien que mal. Plus j'avançais et plus la lumière disparaîssait, rendant la visibilité difficile. Seuls mes baskets arrivaient à m'indiquer que je ne marchais pas sur la pelouse. Je tentai de regarder au loin mais ne vit pas de fin. Il était décidément bien long ce parc! Je m'arrêtai quelques instants, hésitant à si je devais faire demi tour ou non. Ce n'était sûrement pas une bonne idée de continuer à s'aventurer plus loin, entre les grands arbres qui m'enlèveraient encore plus de visibilité. Peut-être même que c'était la noirceur qui donnait cette impression de grandeur. Après tout, ce serait bien étrange d'avoir un parc aussi gros situé dans un centre ville, non? Quoi qu'en campagne, c'est là que les choses les plus étranges se voient... Si ça trouvait, le parc était peut-être même l'emblème de Bon Temps. Bien souvent, ça n'en prenait pas gros aux habitants pour se trouver quelque chose auquel s'identifier.Mais ce que je trouvais encore plus étrange c'était l'absence de monde. La soirée était pourtant jeune et chaude. Pourquoi les jeunes couples ne venaient pas ici, profiter du beau temps en paix? Ce passait-il des choses dans ce parc, la nuit tombée? Était-ce le repère des vampires du coin?

Avec toute cette imagination, mon coeur se mit à cogner dans ma poitrine. J'allais faire demi tour, c'était décidé. Alors que je me retournais, je vis une ombre s'approcher de moi. Surpris, je restais là, sans bouger, entendant ses pas sur le gravier. Je plissai les yeux afin de voir à qui j'avais à faire... Mais je ne voyais absolument rien. Je me disais qu'on allait simplement me contourné, qu'on m'avait vu et puis...


SBAFF!!!!

On me rentra de plein fouet dans le corps et je reculai de quelques pas à cause de ce puissant impact. J'entendis l'ombre en question tomber à la renverse sur le sol avant de pousser un petit cri, sans doute de surprise aussi. À sa voix, ça semblait être une femme. Mais je trompais peut-être... Donc on ne m'avait pas vu? Je n'étais pas le seul qui n'y voyait rien à cette noirceur...

Je tendis la main à la masse assise par terre.

-Est-ce que ça va...? Je pensais que vous m'aviez vu!! L'idée aussi d'avoir un parc non éclairé...

J'éclatai d'un petit rire pour détendre l'atmosphère. J'espèrai seulement que l'ombre n'était pas blessée.

Puis soudainement, un bruit sourd qui me donna des frissons, retentissa derrière moi sans crier gare, me faisant sursauter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/forum.htm
Amande L. Roches

avatar

Féminin Nombre de messages : 220
Localisation : Shreveport
Emploi/loisirs : Lycéenne
Humeur : Curieuse

MessageSujet: Re: There's a Beast Behind Me {-Amande-}   Dim 21 Fév - 1:24

    Le cœur battant la chamade, je m'aidais de la main de la personne sur qui j'avais foncé pour me lever. Un homme apparemment. En tout cas, il en avait la voix, le rire. Mais ne se rendait-il pas compte du danger? Nous perdions du temps alors que ce même temps semblait s'écouler dix fois plus vite qu'à la normal! Un instant, l'idée que ce soit lui le danger me vint à l'esprit. Seulement, je n'eus pas le temps d'y penser puisque un bruit sourd résonna derrière nous. Alors que mon sang se glaçai, je retins un autre cri de frayeur. Sans prendre le temps de lui répondre et ma main tremblante accrochée à la sien – tel une noyée qui s'accroche à sa bouée- je lui chuchotai:

    -C'est quoi ce truc?

    Ma voix reflétait la terreur et je me demandai même s'il avait compris. Peu importe. Tout mes sens au aguets, je tentai d'entendre quelque chose d'autre afin de pouvoir nous enfuir... car si nous nous jetions dans la gueule du loup, se serait quelque peu stupide, non? Enfin... il devait probablement s'agir d'un vampire dans notre cas. C'était alors une chance que je sois tombée, littéralement, sur cet homme. Plus nous étions, mieux nous nous en sortirons... normalement. Mais je n'entendais plus rien. Pas un souffle, pas un bruit de pas, pas d'animaux. Rien excepté la respiration de l'inconnu. Mes yeux essayai de percer l'obscurité. Mais autant dire que cela ne servait à rien. Seul des ombres flous se distinguaient du reste. Encore un frisson... de peur, mais aussi de froid. Ma peau était enveloppée d'un film glacial.

    -C'est parti, tu crois?

    Malgré le fait que j'avais tenté de murmurer, le son de ma voix avait claqué dans le lourd silence. Je n'eus pas la possibilité de me traiter mentalement d'idiote qu'un autre bruit se fit entendre. Même dans mes pire cauchemars, je n'avais jamais entendu ça. Un bruit impossible à décrire mais qui me résolu définitivement à ne pas trainer ici. Dans un même mouvement avec l'inconnu, je pris les jambes à mon cou en direction opposé du fameux bruit. Cependant, nous courions à l'aveuglette. Seul les graviers sous nos pas rapides nous permirent de savoir que nous restions sur le chemin et à plusieurs reprise, je crus trébucher. Seulement, min instinct de survie me poussai à continuer. Ce parc était si grand... mais lorsque j'aperçus enfin une lueur, mon esprit cria victoire. Nous nous en rapprochions, même si j'avais l'impression que la distance ne diminuai pas. Vous savez? Comme dans un cauchemars... courir, courir, et ne jamais y arrivé.

    Mais nous y arrivâmes quand même et nous sortîmes de ce parc. Cette lueur, c'était un vieux pub ou l'animation semblait régner. Au moins, à proximité, nous ne risquerions pas grand chose. C'est lorsque je voulu mettre mes mains sur mes douloureux points de cotés que je sentis encore la chaleur de celle de l'inconnu. Tout le long de notre mini film d'horreur, nous nous étions tenu la main... ou plutôt, j'avais dû lui broyer la sienne. Pliée en deux, je tentai de reprendre mon souffle. Je n'avais jamais été bonne en sport et encore moins en athlétisme! C'était certainement la première fois de ma vie que je courrai si vite. C'est fou comme la peur est un bon carburant. Alors, je m'essayai difficilement par terre. Le sang tapant dans mes tempes, je tentai aussi de récupérer mon calme. L'adrénaline me faisait encore trembler.

    Entre deux respirations bruyantes, j'essayai de m'exprimer:


    -Ça devrait aller maintenant... non?

    Je levai ma tête pour enfin avoir un aperçu de la personne qui avait été dans la même galère que moi. C'était bien un homme. Jeune à ce que je pouvais voir grâce au vieux néon du pub. Mignon sans doute... même si ce n'était pas du tout dans le contexte.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Parker

avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Localisation : Bon Temps
Emploi/loisirs : Cherche un emploi
Humeur : Pas si mauvaise

MessageSujet: Re: There's a Beast Behind Me {-Amande-}   Mar 23 Fév - 5:12

L'ombre saississa ma main et se remit sur pied sans trop de problème ce qui me donna un indice de sa santé. Elle ne semblait pas blessée et heureusement car elle avait fait une vilaine chute. Juste au toucher de sa main de la mienne je devinai qu'il devait s'agir d'une fille. Ou d'une enfant mais vu sa grandeur je penchai plutôt pour le premier choix. Sa main était tellement petite et délicate que ça ne pouvait être autrement. Je me demandais pourquoi elle courrait dans le parc. Ça ne semblait pas être que du jogging: j'avais vraiment l'impression qu'elle courrait pour fuir quelque chose. Mon premier instinct fût de jeter un regard derrière l'ombre pour voir si elle n'avait pas d'attaquants derrière elle. Pourtant, il ne semblait avoir rien du tout. Alors que lui était-il arrivé? Que c'était-il passé pour qu'elle soit animé d'une telle frousse?

Le bruit derrière moi commençai à me faire peur. La situation commençait à dégénérer. D'abord une ombre rapide me frappe et ensuite, un bruit indescriptible à glacer le sang se fait entendre. De quoi faire des cauchemards pendant une semaine. Je ne comprenais pas ce qui se passait et je pense que c'est ce qui était le plus effrayant. Je n'étais pas du genre à aimer les surprises et surtout pas de ce genre là. L'ombre aussi était effrayée: sa main n'avait pas quittée la mienne et je pouvais sentir ses tremblements au travers de notre contact.


-C'est quoi ce truc?

J'avais raison: il s'agissait bel et bien d'une fille. Sa voix venait de me confirmer le tout. Cependant, je ne compris pas ce qu'elle m'avait dit. Elle avait dit ses mots à voix très basse et avait un gros accent qui me semblait français mais je n'en étais pas certain. Cela était très charmant mais pas très utile dans une pareille situation. Je ne lui fis aucune réponse par peur de paraître trop incompétent. Je ne voulais pas empirer d'avantage l'étrange situation dans laquelle nous nous trouvions.

Puis un lourd silence s'installa. Hors mi ma respiration et la sienne, beaucoup plus essouflée, plus aucun bruit étrange ne faisait son apparition. J'avais toujours des frissons à cause du premier bruit entendu et je n'arrivai pas à m'en débarrasser. J'essaiyai de trouver à qui ou à quoi il pouvait bien appartenir. Probablement que j'avais déjà entendu ça quelque part mais je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus. Alors que j'étais perdu dans mes pensées, la voix de l'ombre me sorti de ma tête.


-C'est parti, tu crois?

-Je ne sais pas... répondis-je précipitement comme pour l'empêcher de parler.

Je ne faisais plus attention à son accent maintenant. J'avais compris chacun de ses mots comme si l'anglais était sa langue maternelle. Le bruit ressorti à nouveau de l'ombre, probablement réanimé au son de la voix de la jeune femme. Mon coeur se mit à battre dans ma poitrine. J'aimais de moins en moins cela. Il fallait décamper et vite. Sa main, toujours dans la mienne, nous nous sommes mis à courrir comme deux êtres qui tentaient d'échapper au diable. Même si nous étions dans le noir, nous courrions à une vitesse plutôt bonne, voulant s'éloigner le plus que possible de ce bruit qui devenait de plus en plus monstrueux. Je n'avais surtout pas envie que cette chose nous rattrappe et nous dévore vivants. Après la nouvelle des vampires, dans ma tête, plus rien n'était impossible. J'avais l'impression de courrir depuis plusieurs minutes déjà et nous étions toujours dans ce parc qui ne semblait ne plus vouloir finir. Au loin, je crus appercevoir une faible lueur et je remarquai que la jeune femme aussi l'avait vue puisque nous changions ensemble de trajectoire. Le mieux à faire était de sortir de cette noirceur qui semblait vouloir nous aspirer. Nous fîmes encore quelques pas de course et nous sortâmes finalement de ce parc maudit.

Sortis finalement de cet enfer de ténèbres et nous nous arretâmes pour reprendre notre souffle. Je n'étais pas très forme mais j'avais fait mon exercice du jour avec cette course précipitée. Je regardai la lumière qui nous avait permis de sortir du parc. Il s'agissait d'un pub, dans lequel il semblait y avoir pas mal de monde. Il était de l'autre côté de la rue et vue la chaleur de cette jeune nuit, plusieurs personnes se trouvaient sur la terrasse, leurs bières à la main, riant un peu trop fort. Je lâchai finalement la main de la jeune femme. Nous avions eu chaud pendant notre course et je sentai ma peau devenir moite, ce qui me mettais un peu mal à l'aise.


-Ça devrait aller maintenant... non?

Je me retournai vers elle. Elle était pliée en deux et avait la tête relevée vers moi. Je pris tout de même quelques instants pour la regarder plus en détails. Hum si toutes les filles de Bon Temps avaient l'air de ça, je me trouvais au paradis. Elle avait un visage très fin et harmonieux. Elle avait de long cheveux blond mais je n'arrivais pas à voir la couleur de ses yeux vu la lumière que nous avions. Sa taille était plutôt fine et elle ne semblait pas très grande non plus. Quoi qu'il en soit, elle était vraiment très jolie et probablement qu'en d'autres circonstances, je lui aurais fait savoir que je l'a trouvais de mon goût. Mais là... C'était plutôt mal choisis.

-Oui tu as raison, ça devrait aller, lui répondis-je avec un sourire rassurant.

Je me retournai vers le pub en question et une ombre capta mon attention. Elle se trouvait tout près des personnes qui étaient sur la terrasse. Cependant, ils ne semblaient pas se soucier de la grandeur, ni de la grosseur que cette ombre avait. J'étais trop loin pour pouvoir voir plus en détails mais cela ne me disait rien de très bon. D'ailleurs, cette ombre avançait rapidement vers nous, comme si elle nous en voulait et comme si elle nous voulait. Je ne me sentais pas du tout en confiance et même si j'étais épuisé de la course que nous venions de vivre, je me suis dit qu'il valait mieux retourner dans la noirceur pour nous cachés. Cette lumière n'avait finalement servie à rien.

-On est dans la merde... murmurais-je à la jeune fille.

J'ignorais si elle l'avait vue mais moi, je voulais partir au plus vite pour aller me cacher dans le parc. Je repris la main de la fille pour l'attirer avec moi dans la noirceur où nous recommençâmes notre course folle. Au loin, je vis un buisson et je l'entraînai avec moi derrière celui-ci pour que nous puissions souffler tranquillement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: There's a Beast Behind Me {-Amande-}   

Revenir en haut Aller en bas
 
There's a Beast Behind Me {-Amande-}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» étaler la pâte d'amande
» Pour remplacer la pâte d'amande ... la pâte de noix de coco
» Pâte d'amande promo ;-)
» Cupcake chocolat amande
» Suite de Beast Wars: Beast Wars II et Beast Wars Neo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives RPG-
Sauter vers: