Partagez | 
 

 A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keziah S. Theets

avatar

Nombre de messages : 341
Localisation : Shevreport
Emploi/loisirs : Conduire sa belle ferrari rouge, chanter et danser. Se battre.
Humeur : Taquine

MessageSujet: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Mer 10 Fév - 20:37

    Feat__.

    La camion venait juste de se garer derrière sa belle Ferrari rutilante. Enfin. Ce n'était pas trop tôt. Adossé au mur de l'immeuble, Keziah regarda sa montre. _12h56_ Heureusement que son camion de déménagement était censé arriver à 10 heures tapantes. Cela faisait plus de deux heures trente qu'il attendait en bas de son immeuble. Bien sur il avait les clés, il était allé faire un petit tour dans son deux pièces. Rien de bien extraordinaire, de quoi vivre quoi, cela lui plaisait assez, surtout qu'il ne passerait surement pas beaucoup de temps dans ce lieu.

    C'était une belle journée qui se profilait, du moins une belle après-midi à présent. Ce matin même, Keziah avait pris le volant de sa belle voiture -voiture qu'il choyait- et s'était mit en route, heureux de partir de Dallas. La ville lui avait laissé un arrière gout de haine, il voulait s'éloigner de tout ça, recommencer, revivre, renaitre en quelques sortes. Du coup, en cherchant une petite ville sympathique il était tombé sur Bon Temps, trouvant un peu petit, il avait décidé de loger à Shevreport. De plus il rencontrerait surement plus de Lycans là-bas qu'à Bon Temps.

    Après avoir roulé pendant quatre heures, la musique à fond, à une allure pas très convenable, certes, le loup-garou se garait à 10h30 sur le parking de son immeuble. Il avait même eut le temps d'aller chercher ses clefs. Une pour sa porte, et une pour son garage, parfait, son bolide allait avoir besoin d'un bon nid douillet. A l'entendre, on aurait pu croire qu'il préférait sa voiture aux femmes, mais n'y pensait même pas... Keziah et la gente féminine était une toute autre histoire, n'ayez crainte. Lorsqu'il était entré dans la ville avec sa "caisse", on s'était retourné sur son passage, visiblement on avait pas l'habitude de voir ce genre de voiture par ici. La petite rue de son immeuble était plus qu'à quelques mètres. Pas besoin de GPS ici. Il se gara, baissa les vitres de la Ferrari, arrêta le moteur sans couper sa musique qu'il laissa assez fort, de manière à ce qu'il l'entende lorsqu'il sera dehors. Quoi de mieux que d'écouter Sound Of Madness ▬ Shinedown. Une chanson qui lui rappelait beaucoup trop de choses à son gout, mais qu'il ne pouvait cesser d'adorer. De plus, lorsqu'il la chantait, sa voix s'accordait parfaitement avec la musique. En parfaitement harmonie.

    Le soleil était constamment présent depuis ce matin, une petite brise lui donnait une folle envie de courir. Plus il regardait le ciel, plus il comprenait que ce soir, ou demain soir, la pleine lune serait là pour rappeler tous les Lycanthropes à leur véritable nature.
    Calé contre son mur, une jambe pliée, le pied posé sur la surface verticale, il fumait comme à son habitude. Ses Ray-ban noires lui cachant les yeux. Ces derniers étaient clos. Il guettait.
    L'immeuble dégageait une fabuleuse odeur... Un mélange de parfum, de cher fraiche, de jeune femme, de poussière, de vieux, mais ça donnait un velouté de sensations qui stimulait tous les sens de Keziah. Il adorait ça.

    La camion se gara dans un crissement de pneus. Pas trop tôt. Avec une fulgurante rapidité, la jeune homme se retrouva à l'arrière du camion, déjà entrain d'ouvrir. Ses meubles, ils tous là... Pas grand chose certes, mais surtout des cartons, des cartons avec des souvenirs. Bien que ce soit des souvenirs qu'il voulut effacer, il n'aurait pu le faire en quelques jours.

    Un parfum étranger, une peau qui dégageait une folle odeur qui enivrait tout les sens du garçon. La musique parvenait toujours à ses oreilles, mais il ne voyait plus rien, ne sentait plus rien -mise à part l'odeur de cette personne- et n'entendais plus rien -sauf sa chanson . C'était complètement dingue. Le loup-garou dû se faire violence pour reprendre le contrôle de son corps. Il se retourna vers le conducteur du camion de déménagement et lui lança d'une voix grave et cinglante :

      _ Heureusement qu'on avait rendez-vous à dix heures tapantes... Mais le plus important est que vous avez mes affaires.. Allez voir ailleurs, je m'occupe du reste.


    Il tendit un chèque à l'homme qui s'en alla juste après. Tant mieux. Il ne voulait vraiment pas avoir ce truc entre les pattes, pas que ça à faire, de plus il devait se ménager pour ne pas retomber dans la béatitude qui le submergeait quand cette succulente odeur venait lui titiller les narines...


Dernière édition par Keziah S. Theets le Ven 2 Avr - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amande L. Roches

avatar

Féminin Nombre de messages : 220
Localisation : Shreveport
Emploi/loisirs : Lycéenne
Humeur : Curieuse

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Jeu 11 Fév - 16:06


    Je m'étirai telle une idiote de princesse de Disney qui sortait de son sommeil. Ma couette jonchai aux pieds de mon confortable lit, dans ma chambre plus grande que la moyenne. Le soleil filtrait à travers mes rideaux roses bonbons et colorait joyeusement mes murs récemment peints en gris. Quel jours étions nous déjà? Samedi? Ce devait être ça. Après avoir jeté un coup d'œil à mon radio réveil -qui indiquait 12 heures- je posai mes pieds sur le parquet de ma chambre et me dirigeai vers la salle de bain. Ma salle de bain! Quel bonheur c'était pour une petite français d'avoir sa propre petite pièce d'eau. Surtout après l'avoir partager pendant 16 ans avec sa grand mère. C'était ça les USA! La salle d'eau, tout comme ma chambre, avait été refaite lorsque ma mère et moi étions arrivées. Une grande douche et un lavabo dernière génération avaient été installé. Mes parfums et autres produits de beauté s'entassaient sur une étagère, se reflétant sur mon grand miroir.

    Après une douche digne de ce nom, la buée avait envahi la petite pièce. Enroulée dans une serviette moelleuse, j'ouvris la fenêtre pour y remédier. Maintenant, direction ma chambre et ma petite penderie. Tout en frottant mes cheveux avec une serviette, je choisie une tenue adéquate au temps extérieur. J'attrapai un short blanc et un espèce de top/chemise à carreau rouge et blanc. J'enfilai le tout, lassai mes spartiate, et me brossai mes cheveux encore humide.

    J'entrai dans la cuisine pour satisfaire mon estomac qui commençait à se révolter. J'attrapai un morceau de brioche et un verre de jus d'orange tout en ouvrant la fenêtre afin de profiter de cette belle journée. Je m'asseyais au bord de celle ci, appréciant la légère brise et l'animation de la petite ruelle. Je pouvais même entendre le mélodie d'un morceau -que je ne reconnaissais pourtant pas. Nous nous trouvions au centre de Shreveport, dans un vieux immeuble de ville. J'aimais cette endroit, malgré le fait que j'aurai préféré me retrouver à New York. Mais on ne peut pas avoir tous ce que l'on veut, n'est-ce pas? D'ailleurs, j'en eu la confirmation, quand un camion arriva polluer mon air. Il s'arrêta en dessous de la fenêtre et laissa tourné le moteur plusieurs minutes. Quelques minute après que le moteur soit coupé, je vis un homme -sans doute le conducteur- repartir. Un déménagement? Ma mère et moi ne serions plus les petites nouvelles? C'était une bonne chose! Curieuse comme tout, je me penchais par ma fenêtre. Je pouvais voir la porte arrière du camion ouverte en direction de la porte d'entrée et un homme, sans doute jeune, devant celle-ci.

    Seulement voilà. En me penchant, je n'avais pas imaginée une seule seconde que je renverserai une bonne partie de mon verre sur le trottoir. Pourtant, je n'étais pas maladroite. Au contraire! Sachant que je me trouvais au deuxième étage, j'eus une demi seconde d'avance pour rentrer ma tête. Une main plaqué sur la bouche pour étouffer un rire, je me collai au mur... comme si le nouveau aurait pu me voir d'en bas. Me convaincant que je n'étais pas une gamine, je me décidai quand même à descendre m'excuser... en priant pour qu'il ne se soit rien pris sur la tête. Ça ferait mauvaise impression... même si c'était déjà le cas! Je pris l'escalier et dévalai les marche deux par deux. Arrivée en bas, je me stoppai net, soulager par ce que ej voyais pas la porte grande ouverte. Mon jus d'orange était tombé à quelque mètres du jeune homme... car oui, c'était bien un jeune homme. Plutôt pas mal devrais-je préciser!

    Je quittai l'immeuble et m'avançais vers ce dernier qui ne semblait pas m'avoir vu. Essayant de paraître le plus claire possible avec mon mauvais accent américain, je l'interpellai.


    -Hum... Excusez moi! Voyant qu'il semblait enfin s'intéresser à ma présence, je continuai. Je suis désolée pour... euh... ça. Je fis un signe de tête en direction de la tache de jus de fruit. J'ai été maladroite!

    En attendant sa réponse, je pouvais constater, sans me montrer indiscrète, que son style vestimentaire était comme l'on dirait: ''dans le vent''! De plus, j'adorai littéralement les Ray-ban noires posées sur son nez... même si cela m'empêchai de voir les détails de son visage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah S. Theets

avatar

Nombre de messages : 341
Localisation : Shevreport
Emploi/loisirs : Conduire sa belle ferrari rouge, chanter et danser. Se battre.
Humeur : Taquine

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Ven 12 Fév - 23:27

    Seul. La solitude. Une bouffée d'air pur. Voila ce qu'il appréciait dans sa nouvelle vie de nomade. Vivre au jour le jour sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit. C'était ça la vie de Keziah S. Theets. Le jeune loup-Garou ne voulait dépendre de personne.

    Treize heures sonnaient enfin. Le soleil était à son zénith, alors qu'il commençait à peine de décharger le camion, déposant délicatement ses affaires bien rangées dans des cartons, sur le trottoir entre l'immeuble et la rue, la chaleur l'assaillit. Une bouffée de chaleur le fit littéralement exploser. Il inspira un grand coup, et sa chemise -qui était un peu trop petite pour lui- craqua légèrement sous la pression qu'exerça son torse sur le tissus tendu. Pour ne pas l'abîmer encore plus qu'elle ne l'était déjà -Keziah est un homme très soigneux- il la retira, laissant place à un marcel noir qui lui moulait parfaitement le buste, laissant apparent ses bras musclés. De quoi appâter les jeunes filles, mais aucune ne se pavanait sous son nez -si ça avait été le cas, le pauvre loup-garou aurait été mis à l'épreuve étant donné que les sept jours précédant le pleine lune, le besoin de s'accoupler est bien trop puissant pour que même la personne la plus entrainée du monde ne puisse pas résister à l'appel. Son jean noir prit quelques teintes blanche par-ci par-là, dû à la poussière qu'il remuait en bougeant tout ces cartons. Ses Ray-ban cachant la moitié de son visage, on aurait pu croire qu'il était en mission spécial pour l'armée, tenue de camouflage exige...

    Il était 13 heures, et le brun n'avait pas mangé Il avait l'estomac en feu, une faim de loup le dévorait - Le cas de le dire - De plus la pleine lune arrivait à grands pas, Keziah devrait vraiment se contrôler pour ne pas craquer et sauter sur tout ce qui allait lui passer sous le nez. Un sandwich banal comme tout -pain, Jambon- l'attendait dans la Ferrari, juste de quoi lui calait une dent. Ce soir il irait faire un tour, et s'éclatera la pense, pas de soucis pour ça.

    La musique défilait toujours dans la voiture, tout en dégageant les cartons du véhicule, le corps de Keziah ondulait imperceptiblement, mais à l'intérieur il était enflammé, près à danser comme un diable, mais il n'en ferait rien, pas tout de suite du moins. Changement de registre, il était passé du Rock à la Dance. Un morceau de David Guetta Ft Wynter Gordon _ Toyfriend qui l'enflammait totalement.

    Une forte odeur de jus de fruit vint l'interrompre dans sa "domptation" de soi-même, il tourna légèrement la tête, assez rapidement en tout cas pour avoir le temps de voir le liquide couler sur le trottoir, à quelques centimètres de ses affaires. Il vit d'ailleurs quelques gouttes éclabousser sa chemise, et même une ou deux arriver jusqu'à son jean. Son ouïe lui permit même de distinguer une jeune femme pouffer, visiblement c'était l'investigatrice du petit soucis. Keziah esquisa un petit sourire en coin. Il connaissait déjà le déroulement de la scène qui allait suivre.

    Les pas rapides, légers, vinrent vite résonner dans ses oreilles. Bien qu'il y ait la musique, le jeune garçon entendait parfaitement le claquement des pieds nus de la demoiselle sur le carrelage du Hall. Mais c'est seulement lorsqu'elle ouvrit la porte qu'il fut frappé. L'odeur qui l'enivrait depuis le début, c'était donc elle. Il devrait "supporter" ce doux parfum chaque jour. Se maitriser lorsqu'il serait chez lui, pour ne pas venir toquer à la porte de la demoiselle, et la dévorer toute entière ?! Quel supplice. Dieu est si cruelle. Bien que notre loup-garou fut réjouit de savoir qu'elle était dans le même immeuble. Son odeur avait le don de l'apaiser. Quel délice.

    Une voix fraiche, un accent français, douce mélodie qui vint tinter à ses oreilles.

      -Hum... Excusez moi! Je suis désolée pour... euh... ça. J'ai été maladroite!


    Il tourna la tête vers elle, puis vers la tâche, pour enfin reposer son regard sur le visage, jeune, de la jeune fille.
    Sans quitter son petit sourire en coin, charmeur et arrogant.

      _ Rien de grave. Y'a pas mort d'homme. Puis si c'était tombé sur ma tête, j'aurais eu un doux parfum du jus d'orange avec un zeste de citron vert, et d'édulcorant, heureusement qu'il n'y a pas de conservateur...


    Le carton dans ses mains faillit glisser, le rattrapant de justesse, il le reposa dans le camion. Quittant ses ray-ban pour montrer ses yeux d'un marron chocolat, pratiquement noir, à la demoiselle aux yeux bleu. Il voulut lui tendre la main, mais examinant furtivement cette dernière, il s'aperçut qu'elle était totalement sale. Il l'essuya sur son jean, puis tendit sa patte à la blonde.

      _ Keziah S. Theets. Comme vous pouvez le constater, j'arrive juste. Vous êtes au deuxième étage c'est ça ?

    Il plongea son regard noir dans celui, d'un bleu inimitable, de la jeune femme. Visiblement elle ne connaissait pas l'existence des Loups-Garous. Il aurait dû se méfier en décrivant la boisson de la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amande L. Roches

avatar

Féminin Nombre de messages : 220
Localisation : Shreveport
Emploi/loisirs : Lycéenne
Humeur : Curieuse

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Dim 14 Fév - 17:44

    Un légère brise venait pas intermittence soulever mes cheveux encore légèrement humide. Malgré cela, le soleil qui était à son zénith recouvrait ma peau d'une douce chaleur. C'était tellement agréable. Ça me rappelai ces jours d'été ou nous partions entre amis sur la côte d'azur... le soir, les cheveux sentant le sel, nous restions allonger sur la plage jusque tard pour profiter du calme et d'un temps semblable à celui d'aujourd'hui. Sauf que maintenant, tout cela était bien loin. Et je me retrouvais dans le sud-est des états-unis... endroit chaud durant presque toute l'année mais excessivement humide.

    Un sourire craquant collé sur le visage, notre jeune nouveau pris la parole.


    -Rien de grave. Y'a pas mort d'homme. Puis si c'était tombé sur ma tête, j'aurais eu un doux parfum du jus d'orange avec un zeste de citron vert, et d'édulcorant, heureusement qu'il n'y a pas de conservateur...

    Je levai les sourcils. Il venait de me répéter exactement ce que j'avais pu lire sur l'emballage de mon jus d'orange lorsque je l'avais ajouté à mon panier. Alors, ou il avait le même jus d'orange -peu être qu'il reconnaissait la couleur? Impossible!- ou il avait dis ça au pif... si c'était le cas, il avait une chance inouïe! En revanche, je fus soulagée qu'il ne se formalise pas de ce petit incident. Un procès pour tentative d'assassinat au jus d'orange n'était pas très crédible!

    Après qu'il ai posé un carton tentant de s'échapper, il s'essuya les mains sur son jeans noirs. Chose qui me titilla de suite l'esprit, moi, la maniaque de service! Mais je ne fis pas de commentaire, le laissant ce présenter. Ainsi, j'avais affaire à un Keziah. Keziah Theets pour être précise. Un Keziah au beau yeux marron accrocs aux senteurs de jus de fruits et un Keziah étant le nouveau de notre immeuble. Intéressante tout ça. Je lui serrai la main en remarquant que celle-ci assez chaude. Peu être était-ce moi qui avait les mains froides? Ou peu être était-ce dû à la chaleur de Shreveport. Je ne sais guère.


    -Et bien monsieur Keeth, je suis Amande Roches. Ou, si vous préférez, Amy pour faire plus court. Enfin, j'accepte tout diminutif du moment que ça ne devient pas ridicule! Mais bon... je haussai les épaules. Oui, j'habite aux deuxièmes avec ma mère. Enfin, quand elle n'est pas en déplacement! Vous êtes dans quel appart' vous?

    Je savais que plusieurs appartements étaient libres dans ce petit immeuble typique. Étonnant pour le centre ville! En outre, je n'avais pas précisé le métier exact de ma mère... Pas que celui-ci me dérangeai. Au contraire. Je trouvais ça plutôt passionnant. Mais les anti-vampires étaient présents partout et personnes dans le coin n'avaient été mis au courant. Simple précaution! Pas la peine de s'attirer les foudres d'un idiot n'ayant rien de mieux à faire dans la vie que de nous chercher des noises!

    Je jetai un coup d'œil curieux vers le camion chargé de meubles et autres cartons. Lorsque nous avions quitté la France, nous étions parties avec presque rien. Quelques valises gonflées par nos effets personnels, mais aucun meubles. De toutes manières, nous n'en avions pas vraiment puisque notre maison était techniquement la même que celle de ma grand-mère. Or, avec l'argent généreusement offert par la compagnie aérien pour organiser le départ, nous avions simplement racheter des meubles ici.


    -Je sais que je ne suis pas monsieur muscle... je fis le geste vain de contracter mes biceps pour prouver mes dires... mais si jamais je peux aider pour quelque chose, se sera avec joie! Après tout, j'ai bien failli vous noyez de jus de fruit!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah S. Theets

avatar

Nombre de messages : 341
Localisation : Shevreport
Emploi/loisirs : Conduire sa belle ferrari rouge, chanter et danser. Se battre.
Humeur : Taquine

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Dim 14 Fév - 22:52

    Amande lui tendit une petite main parfaite. Elle la serra. La chaleur du loup-garou passa dans le corps de la jeune humaine. Keziah le sentit. Car la petite main, au début tiède, devint brulante. Il s'arracha alors d'elle. Elle ne savait pas, et pour le moment elle ne devait pas savoir. Keziah serait en danger.

    Son petit accent français le fit craquer. Son sourire craquant se dessina encore plus devenant un sourire féroce - dragueur quoi - puis il écouta attentivement ce qu'elle lui racontait. Tentant de se concentrer un maximum. Fixant ses lèvres. Il n'aurait jamais dû fixer cette partie du visage de la jeune fille. Son envie de lui sauter dessus augmenta. Et le vent qui fit voler ses cheveux et porter l'odeur aux narines de Keziah, n'arrangea pas le cas de ce dernier. Qu'avait-il fait au bon dieu pour avoir une telle créature dans son immeuble ? Ca serait véritablement dur pour lui pendant la phase lunaire -comme à cet instant précis.

    * Et merde ...

    Heureusement que la jolie blonde fit une gaffe en disant le nom de Keziah. Elle l'appela "Keeth". Ce n'est que lorsqu'elle eut fini son récit, que le loup-garou comprit ses paroles, comme si le son arrivait après l'image. Il ne put s'empêcher de révéler un sourire colgate.

      _ Haa. Enchanté de faire votre connaissance Amande. Et moi c'est Keziah Theets. Pas 'Keeth'. Bien que phonétiquement cela donne un mot que j'apprécie particulièrement. - Il secoua la tête, puis leva la tête en direction du deuxième étage. Il avait su qu'elle habitait au second. - Humm bien bien bien. Moi je suis juste au dessus de vous. Au troisième.


    Il jeta un coup d'oeil à son camion encore bien chargé, puis au trottoir. On ne pouvait presque plus passer. Vu le monde qui passait dans cette rue, ca n'allait pas poser beaucoup de problèmes. Mais maintenant il allait devoir tout monter rapidement, sous peine de se faire piquer des choses s'il s'éternisait en haut, laissant ses affaires à la vue de tous, seules. Qui sait ? Si ça se trouvait, quelqu'un guettait déjà le moment propice où Keziah serait en haut, pour venir chopper quelques objets. Et ça, le loup-garou ne le permettait pas.
    C'est alors qu'il était totalement plongé dans ses pensées, qu'Amande intervint. Lui proposant son aide. C'était exactement ce dont le Loup avait besoin. Mais il ne voulait pas l'ennuyer, bien que ce soit elle qui se soit proposée, surement par pure politesse.

      _ C'est très gentil de votre part, mais je ne voudrais pas vous faire perdre du temps et encore moins vous ennuyer. Je m'en sortirais ... - Il regarda ses petits bras. Certes elle n'était pas Mr Muscles, mais elle en avait dans la carcasse. Puis de toute façon il n'appréciait pas les femmes avec des bras de camionneur. Quoi de plus repoussant qu'une belle femme ressemblant à un bodybuilder ?!.


    Mais c'est lorsqu'elle lui dit qu'elle pouvait bien l'aider, étant donné qu'elle avait attenté à sa vie à l'aide de jus d'orange sans conservateur.

      _ Si je comprends bien alors, Amande, vous êtes une criminelle Française en cavale -Il leva les deux mains en l'air, comme si la jeune femme se tenant devant lui, pointait une arme en direction de son torse.- Ne vous inquiétez pas, je n'appelerais pas les flics n'ayez crainte, je ne les supporte pas du tout, et je suis de votre côté. Je vous couvrirez, ou alors allez-y renouvelez votre meurtre qui n'a pas fonctionné tout à l'heure. Noyez moi sous des litres et des litres de jus de fruits sans conservateur...


    Un sourire taquin, joueur, s'afficha sur ses lèvres. Un brin aguicheur, certes, mais il n'y pouvait rien. Il sentait son aura envelopper l'humaine. Sentait-elle l'attirance qu'exerçait l'aura d'un loup-garou mâle, puissant et sous l'influence de la pleine lune, sur elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amande L. Roches

avatar

Féminin Nombre de messages : 220
Localisation : Shreveport
Emploi/loisirs : Lycéenne
Humeur : Curieuse

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Mar 16 Fév - 22:26

    Sourire craquant, quand tu nous tiens! J'essayai de ne pas faire remarquer mon admiration devant un visage, une bouche et même des dents, si parfaits. C'était à faire fondre la plus froide des personnes. Qui pouvait résister à ça? Sans doute pas moi, puisque au lieu de me concentrer sur ses dires, je me perdais dans ma contemplation... Et j'avais beau me secouer intérieurement en me traitant mentalement de pouf! Pouf, pouf, pouf! Rien à faire... Pourtant, il avait bien plusieurs années de plus que moi! Peu être même une copine, une femme... des enfants?! Non! La dernière de mes pensées était impossible. Comment un être si jeune et si mignon pouvait avoir des enfants, hein? Enfaite, si, c'était probablement possible... Mais pas lui!

    Malgré tout, je réussis à suivre assez pour comprendre que j'avais fait une gaffe. Quelle idiote!


    -Oups, désolée... Keziah! J'ai encore un peu de mal à comprendre! Enfin, je vais graver ça dans ma tête! Dis-je en tapotant celle-ci du bout des doigts.

    Autre chose que je gravai dans mon esprit en faisant abstraction de le lui préciser: il habiterai à partir de maintenant au troisième étage! Intéressant, non? Cependant, je fus ramener très vite à la réalité, me prenant une bonne claque mentale, lorsqu'il refusa poliment mon offre d'aide. Avait-il peur que je me casse un ongle ou bien ne souhait-il pas avoir une gamine comme moi dans les pattes? Mystère et boule de gommes! Peu être étais-je en train de le déranger dans son déménagement... J'étais en effet arrivée alors qu'il était en plein travail! Et pot de colle comme je suis...


    -Si je comprends bien alors, Amande, vous êtes une criminelle Française en cavale Ne vous inquiétez pas, je n'appellerais pas les flics n'ayez crainte, je ne les supporte pas du tout, et je suis de votre côté. Je vous couvrirez, ou alors allez-y renouvelez votre meurtre qui n'a pas fonctionné tout à l'heure. Noyez moi sous des litres et des litres de jus de fruits sans conservateur...

    Je laissai échapper un rire. C'est qu'il était joueur mon nouveau voisin! Ne savait-il pas qu'il avait en face de lui quelqu'un d' encore plus joueur? De plus, au fond de moi, j'étais soulagée de constater que mes craintes n'étaient peu être pas fondées. Après tout, si je l'avais dérangé, il m'aurait probablement déjà envoyé paître! Ce soulagement fut accompagner par la même vague d'admiration qu'il y a quelques minutes. Peu être même plus que de l'admiration! Un drôle de sentiment. Une espèce de douce attirance, venue de je ne sais ou, se colla à ma peau. Comme si j'avais besoin de ça! C'était complément stupide de ma part!


    -Mince, vous m'avez démasqué! Tout en plissant les yeux, j'ajoutai: Bon, je vous fais confiance pour le moment! Mais attention... je pointai un doigt accusateur vers mon interlocuteur... au moindre signe de trahison, je viendrai vous noyer avec ce fameux jus de fruit pendant votre sommeil!

    Je lui rendis un sourire en essayant que celui-ci reste le plus amical possible. Un simple sourire. Car peu être était-ce dû à mon imagination débordante, mais je voyais bel et bien sa bouche prendre un pli séducteur. Non?


    Je me décalai d'un pas sur le côté. Premièrement, pour ne pas me laisser envahir entièrement dans l'espèce de sentiment étrange que cet inconnu m'inspirait. Car oui, il ne s'agissait que d'un inconnu... et je n'étais pas une de ces pimbêches à se jeter dans les bras du premier top modèle de voisin quelles croisaient! Enfin, j'essayai de m'en convaincre! Et deuxièmement, afin de voir plus attentivement ce qui restait dans le camion encore bien chargé. Comment allait-il si prendre? Bien sûr, monter les trois étages avec ses meubles ne risquai pas d'être un vrai problème pour lui... il n'était pas ce que l'on appelle: un maigrichon! En revanche, depuis mon arrivée, je n'avais croisé personnes. Peu être avait-il juste besoin de quelqu'un afin de surveiller que son camion ne disparaisse pas?


    -Ne vous inquiétez pas! Je ne risque pas de perdre mon temps aujourd'hui... A vrai dire, ma seule occupation était de jeter des verre sur la tête des passant... donc, en quelque sorte, vous m'avez sauver de mes propres délits! Et si vous préférez, je peux juste garder un œil sur vos affaires le temps que vous les déposez dans votre appart''? Après une pause, j'ajoutai avec un ton et un visage trop sérieux: Et promis, je dirai a mes amis criminels de passer leur chemin! De toute façon, il ont bien trop peur de moi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah S. Theets

avatar

Nombre de messages : 341
Localisation : Shevreport
Emploi/loisirs : Conduire sa belle ferrari rouge, chanter et danser. Se battre.
Humeur : Taquine

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Mer 17 Fév - 2:09

    Keziah « scanna » la jeune femme, il ne pouvait pas empêcher son regard de se balader sur le corps de la jeune femme. La Pleine lune n’était plus qu’à deux jours, et déjà Keziah sentait la brûlure du désir dans ses veines. Il devait se soulager, et rapidement. Sinon il sauterait [sur] n’importe quoi.
    Son petit accent était vraiment à tomber, s’écraser comme une crêpe au sol. Et ça n’arrangeait en rien la situation du Loup. Mon dieu, qu’avait-il fait au bon dieu ? Bien sur il tentait de se maîtriser pour ne pas sauter sur cette jeune fille. Il ne la connaissait pas, et de plus, c’était une humaine. Keziah avait déjà tenté de faire l’amour avec une humaine, une très grosse erreur. La pauvre femme avait finie à l’hôpital… Keziah lui avait littéralement broyé les os. Un loup-garou en « chaleur » ne pouvait pas « baiser » un humain. Seul les Loups et Vamps étaient assez résistants. Keziah n’avait pas apprécié broyer cette jeune femme, il s’en était voulu, vraiment, et s’était promis de ne plus jamais recommencer, quoi qu’il arrive. Mais ça allait être dur, très dur. Son corps se crispa, et s’avança légèrement, comme si l’aura de Keziah avait été captée par celle d’Amande, et attirée.

      _ Y’a pas soucis Amande. Tous le monde peut se tromper. Et j’avoue que mon prénom n’est pas des plus communs…


    Il se tut. Regardant, analysant le comportement de la jeune fille. Elle le fit rire [enfin, intérieurement, il ne se serait pas permis de rire à gorge déployée, comme ça, devant elle, parce qu’elle le faisait rire. Surtout qu’il n’avait pas vraiment de raisons valables. Passons]

    Il se rendit compte qu’Amande était aussi joueuse que lui. Elle eut un petit rire, et Keziah sentit aussitôt que le courant passait entre eux, il fut soulagé. Pourquoi ? Telle était la question. Il ne la connaissait pas. Et avoir des « ennemis » dans l’immeuble où il allait habiter pour un certain temps, n’était que le cadet de ses soucis. Mais bizarrement son corps vibra comme une corde de guitare qu’on gratte, lorsque le tintement de son rire résonna dans les oreilles sensibles du loup. Nom de dieu, il allait vraiment avoir besoin de cette soirée de « baise » intense, comme tous les soirs de cette semaine d’ailleurs. Les loups étaient réputés pour ne pas être tendre pendant la phase lunaire. De plus, la pudeur, chez eux, n’existait pas. Le sexe, on en parlait comme de la météo. Et d’ailleurs pendant la phase lunaire, les boites de lycanthropes [car il en existait, mais elles étaient bien gardées] n’ouvraient pas leurs portes à n’importe qui, car ces nuits là, dans la boite, toutes les personnes étaient nues… et la piste de danse se transformait en « lit » géant, si vous voyez ce que je veux dire. Enfin passons. Ce soir, Keziah allait se défouler avec ceux de sa race [ou changeling] à contrario de sauter sur la jolie humaine.

    Elle se prit au jeu du Loup-garou, ce qu’apprécia ce dernier.

      « -Mince, vous m'avez démasqué! Bon, je vous fais confiance pour le moment! Mais attention... au moindre signe de trahison, je viendrai vous noyer avec ce fameux jus de fruit pendant votre sommeil! »


    Le petit doigt tendu en direction du garçon n’eut aucun effet, si bien sur, celui du lui arracher un petit sourire. Puis il reprit son sérieux pour enchaîner :

      _ Non. Ne nous méprisons pas. Je ne vous balancerez jamais …


    * Je n’ai pas dans l’optique de balancer des jolies jeunes filles comme elle, au contraire j’ai plutôt tendance à les garder pour moi … Hmm Keziah, merde, fais pas le con. *

      _ … Comme je vous l’ai dit il y a quelques secondes, je ne peux pas me blairer les flics. C’est physique. Et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé bien évidement… -lui dit-il d’un air entendu. Ironie quand tu nous tiens. - Et, si je ne m’abuse, comment feriez-vous pour venir me noyer du ce pur nectar sans conservateur, dans mon sommeil, qui plus est ?! Je suis curieux de le savoir.


    Il se mordit la lèvre inférieur. L’humaine était …Craquante, mais jeune … Quel dommage. Puis, voyant qu’elle fit un pas de côté, il se tourna rapidement vers ses cartons. Pas une mince affaire, et visiblement il avait du boulot. Certes Amande l’aurait bien aidée. Et d’ailleurs, il n’allait pas la laisser partir comme ça. Après tout, elle avait bien faillit l’inonder de jus.
    Après avoir écouté son petit récit, focalisant son regard sur l’un de ses cartons, où était écrit, en lettre majuscule au feutre noir « PHOTOS ». Non, Keziah ne voulait pas voir ça. Ne jamais se souvenir. Oublier. Impossible. Il fronça les sourcils. Toute trace de plaisanterie effacée de son visage. Il affichait une mine dure.
    Les paroles de la jeune femme le percutèrent. Elle savait rire, et Keziah adorait ça, de plus elle continuait dans sa blague.

      _ Hmm, Merci. Très gentil de votre part. J’imagine qu’ils ont peur de vous. Comment ne pas trembler devant une telle fille ?! Vous faites peur à voir. La mine dur, le regard froid, la main tremblante, les jambes écartées, prête à attaquer quoi... -Il hocha la tête, comme s'il était d'accord avec lui même. Puis reprit, pour parler de l'aide qu'elle pouvait lui apporter- Et pour l’aide, finalement je ne refuse pas… Oh c‘est mal ce que vous faites de vos journées. Vous gaspillez beaucoup de votre précieux jus bourré de produit chimique, quel gâchis, ça vaut de l‘or cette boisson de nos jours. A croire que vous êtes pleine de fric…


    Le reflet du soleil sur la couleur flamboyante de sa Ferrari lui tapa dans l'oeil, le rappelant à l’ordre. Le plus friqué des deux pour le moment, était bien le brun. Mais après tout, il ne savait rien de la blonde. Elle était peut-être héritière d’une fortune colossale, mais ne voulant pas changer ses habitudes, elle avait décidé de vivre avec sa mère dans un tout petit appartement, histoire de préserver les apparences… Allez savoir. Même si cela semblait improbable. Les humains et l'argent. Belle histoire d'amour... Foutaises. Son air de renfrogna à cette idée. Il avait le chic pour se remèmorer de mauvais -très mauvais - souvenirs, alors qu'il passait de bons moments. Keziah allait devoir remédier à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amande L. Roches

avatar

Féminin Nombre de messages : 220
Localisation : Shreveport
Emploi/loisirs : Lycéenne
Humeur : Curieuse

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Mer 17 Fév - 15:31

    Encore une fois, mon nouveau-voisin-sexy-comme-tout me confirma son dégout envers les flics. Bon, ce n'est pas qu'en général les gens aiment les côtoyer... mais Keziah semblait vraiment avoir quelque chose contre eux! Je devrai peu être me taire un peu plus... après tout, je ne connaissais pas cette personne. Et si c'était lui le vrai criminel dans l'histoire? Je n'aurai pas l'aire fine, non? Imaginez!? Me retrouver devant lui alors qu'il m'apprend le plus horrible des crimes qu'il aurait pu commettre! Oui, vraiment, je n'aurai pas l'aire fine! Cependant, ce n'est pas cette abus d'imagination qui venais d'emplir ma petite tête qui m'empêcha de continuer notre petite blague.

    -Et, dites donc! Je vais pas vous dire comment je vais vous noyez! Ce serait de la triche!

    Je n'en avais surtout pas la moindre idée. Après tout, je me voyais mal escalader le mur de notre immeuble, ouvrir sa fenêtre, rentrer dans sa chambre, et lui sauter dessus. Enfin pas ''lui sauter dessus'' comme on pourrai imaginer... non! Juste pour le noyer de jus d'orage! Voyons, je ne suis pas une de ces filles! Devrais-je le rappeler encore?! D'ailleurs, je me convaincus être plus forte que ça en réussissant à ne pas rester obnubiler par ses lèvres si parfaite lorsqu'il se les mordillait. Non, non, non! Je me décrète, à partir de ce jour, comme la chaste de l'immeuble de Lafayette Street! Nah! Bon, j'aurai une rude concurrence avec la concierge... mais je devrais y parvenir!

    Heureusement pour moi et malheureusement pour lui, je surpris Keziah lancer un regard triste vers le camion. En suivant celui-ci, je crus comprendre quel carton lui coupait sa bonne humeur. Photos. Il avait dû se passer quelque chose dans sa vie... quelque chose de dur. Peu être la raison de son déménagement? Après tout, j'avais bien aperçu sa super voiture de sport garée à quelques pas. Or, notre cartier n'était pas des plus vétuste, mais il n'était pas des plus chic non plus! Alors que faisait-il là? Non pas que cela me déplaisait! Passons! Je le serai bien un jour ou l'autre!

    _ Hmm, Merci. Très gentil de votre part. J’imagine qu’ils ont peur de vous. Comment ne pas trembler devant une telle fille ?! Vous faites peur à voir. La mine dur, le regard froid, la main tremblante, les jambes écartées, prête à attaquer quoi...

    Pour lui donner raison, je soufflai sur le bout de mes deux doigts joints afin d'imiter un quelconque CowBoy venant de tirer. Finalement, il acceptait mon aide! De quoi me réjouir malgré mes bonnes décisions de petites filles sages! Et lorsqu'il aborda la question de mes mauvaises habitudes de délinquante, je lui répondis avec un haussement d'épaules:

    -Malheureusement, je ne sais pas combien vaut ce genre de bouteille... Chut! C'est tombé du camion! Je mis mes mains sur mes hanches en soufflant un bon coup. Bon, ça risque d'être long et fatigant... surtout pour moi! On devrai se mettre au travail tout de suite, non?

    Sur ce, je m'approchai du camion et à l'aide de mes bras, je tentai de me hisser difficilement dans celui-ci. Cela ne ressembla pas à grand chose. Je n'étais pas bien grande, ce qui compliqua la tache. Mais après quelques secondes de galères, j'étais assise sur le bord, puis rapidement debout, en train dépoussiérer mon short. Maniaque un jour, maniaque toujours!

    -Ce que je peux faire pour être un peu plus utile, dis-je en regardant tous les cartons et autres meubles, c'est essayer d'approcher les choses les moins lourdes vers le bord. Vous en pensez quoi?

    Pour appuyer ce que je venais de lui dire, je pris un petit carton qui me semblait léger. Erreur! Je n'arrivais même pas à le soulever! Après une grimace, je lançai en français: ''et bien je suis mal barrée à vouloir faire mon interessante!''


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah S. Theets

avatar

Nombre de messages : 341
Localisation : Shevreport
Emploi/loisirs : Conduire sa belle ferrari rouge, chanter et danser. Se battre.
Humeur : Taquine

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Ven 19 Fév - 0:55

    Une petite brise légère s’engouffra dans la ruelle faisant voler une nouvelle fois la chevelure blonde de la jeune humaine, et emmenant ce doux parfum aux narines du Loup. Il tressaillit, puis se cala contre le rebord du camion, regardant l’immeuble et écoutant le tintement de la voix d’Amande dans ses oreilles. Il secoua la tête, comme pour approuver ce qu’elle disait.

      _ Certes., Je voulais savoir si je pouvais avoir quelques renseignements sur la façon dont vous alliez me tuer, mais vous n’êtes pas dupe. J’aime les femmes de caractère.


    Pour accompagner ses paroles il lui offrit l’un de ses plus beaux sourires, et poussa le carton « Photos » hors de sa vue. Il n’avait vraiment pas envie de gâcher une si belle journée à cause de quelques vieux souvenirs douloureux.
    Elle imita un Cowboy, ou plutôt une Cow-girl ?! Non pas à ce point. Très bonne imitation pensa-t-il. Voyant qu’elle jetait un petit regard vers la voiture du garçon, il ne put s’empêcher de faire de même. La voiture, la meilleure amie de l’homme. Enfin non, ça ne pouvait pas remplacer un être fait de chair, loin de là. Une voiture ne dégageait pas la chaleur humaine, elle ne rigolait pas, ne pleurait pas, et ne parlait pas. Mais elle procurait beaucoup de sensations, et les hommes aiment les sensations fortes.
    Il se redressa un peu et répondit :

      _ Tout ce qui tombe de camion est toujours mieux que ce qu’on achète. Je ne dirais rien, surtout pour un ou deux dollars. - Il rit doucement - C’est ruinant.
      Et sinon vous avez raison. Nous devrions nous mettre rapidement au boulot …


    Son ventre le rappela à l’ordre. Il n’avait toujours pas mangé, et les odeurs s’échappant des différents foyers lui mirent l’eau à la bouche, faisant gronder son estomac plus que de raison. Il jeta un rapide coup d’œil à sa voiture, il visualisa même l’endroit précis où était déposé son « sandwich ». Vite, ils devaient se mettre au boulot.

      _ Vous avez mangé ?


    Il voulut l’aider à monter dans le camion, voyant qu’elle avait un peu de mal. Mais elle s’en sortit très bien toute seule, et il fut amusé par la petite tape qu’elle se donna sur les fesses pour épousseter son short. Il aurait fait pareil. Amande lui proposa une solution qu’il approuva d’un signe de tête accompagné d’un grognement. Mais ce fut lorsqu’elle tenta de porter l’un des petits cartons qui devait ,lui paraître léger, que Keziah ne put s’empêcher de s’esclaffer.

      _ Alors ? Musclor se dégonfle ? Un vrai ballon de baudruche. - Lui lança-t-il entre deux rires. - Je vous propose de les pousser, ce n’est que du carton, et du moment que mes affaires ne sont pas abîmées, je me contre-fiche de la façon dont vous me les rapprochez… De plus en les portant vous risquez de vous faire mal au dos.


    Deux cartons sur présentèrent devant lui. Il s’en saisit, et approcha de l’immeuble. Il se retourna et regarda Amande qui s’affairait déjà. Il entendit une phrase dite dans une langue qu’il ne connaissait pas et qui ressemblait un peu à l’Espagnol. Sûrement une langue latine. C’est en réfléchissant un peu, qu’il se rappela d’où venait Amande. Elle était française.

      _ Allez, premier Voyage.


    Une heure plus tard.
    Keziah revint prêt du camion de déménagement. Il venait de finir son dernier voyage. Il se trouvait maintenant torse nu, un peu en sueur, son marcel accroché à son jean. Il s’assit sur le bord du camion, là où se trouvait également Amande, un peu épuisée. Il lui tendit une canette de coca frais. Et la regarda quelques secondes.

      _Merci beaucoup pour votre aide en tout cas.


    * J’ai la dalle moi… Enfin finit se déménagement il ne me restera plus qu’à tout arranger, mais c’est rien ça…*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amande L. Roches

avatar

Féminin Nombre de messages : 220
Localisation : Shreveport
Emploi/loisirs : Lycéenne
Humeur : Curieuse

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Dim 28 Fév - 23:14

    Je levais les sourcils d'un air sceptique. Si j'avais mangé?

    -Je prenais mon petit dej' avant de vous jetez du jus d'orange sur la tête! Mais vous, je suppose que vous n'avez pas encore eu le temps!

    Puis, alors que je n'arrivais pas à soulever cette idiot de carton, j'entendis Keziah ricaner en se moquant gentilement. J'étais à deux doigts de me retourner et telle un gamine, je lui tirer la langue. Je ne le fis pas mais je retenais... la vengeance est un plat qui se mange froid. Alors pendant que lui même me conseillait de faire glisser les cartons dans le camions, j'essayai sa tactique. Quelques secondes après, deux cartons trônaient devant son nez. De quoi lui clouer le bec!

    Le déménagement continua ainsi pendant une heure. De temps en temps, une remarque, un conseil ou autre venait rompre le silence de la rue peu animée pendant que le camion se vidait petit à petit. Très vite nous arrivâmes au dernier carton alors que la fatigue commençait à ce faire sentir... chez moi du moins car mon nouveau voisin ne paraissait pas plus essoufflé que s'il venait de regarder la télévision. Seule la chaleur semblait l'affecter puisque lorsque je relevai les yeux alors qu'il venait chercher d'autres cartons, je me retrouvais face à des tablettes de chocolat comme on n'en fait pas.

    Assise sur le bord du camion et couverte de poussière, j'avais définitivement barré un trait sur ma propreté. Mes jambes balançais dans le vide en attendant le retour du beau brun qui allait me servir de voisin. Lorsqu'il revint pour en me tendant un canette, je tentai de garder le contrôle de mes émotions en regardant tout sauf lui. C'était une vraie torture de le voir torse nu et seul le peu de bon sens qui me restait me permettait de ne pas lui sauter dessus. Pour la énième fois, je me traitai intérieurement de pimbêches, mais sans grande conviction. Machinalement, j'ouvris la canette et bu quelques gorgées du précieux soda alors qu'il me remerciait de mon aide.

    -De rien! Ca m'a fait plaisir! Et je vous le repetes, je vous devais bien ça!

    Je me retournai vers lui. Erreur! Je n'aurai pas dû, mais je ne pouvais faire autrement maintenant qu'il était assis à mes cotés. Mais quand même... c'était fou de voir à quelle point ce jeune homme pouvait m'attirer! D'ailleurs, s'en était presque irréel, louche... mais je me répétais que je devais être forte, comme si je partais affronter une quelconque bataille. Je n'avais certainement pas l'intention de céder! Ah ça non!

    -Il doit me rester de la pizza chez moi. Je peux la faire chauffer et la ramener si vous en voulez!?

    Regardant droit devant et non plus mon voisin, je bus une autre gorger de coca en attendant sa réponse. Pensant qu'une fois que j'aurai quitter Keziah, je retournerai certainement prendre une douche pour ne plus sentir la poussière coller à mes cheveux.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah S. Theets

avatar

Nombre de messages : 341
Localisation : Shevreport
Emploi/loisirs : Conduire sa belle ferrari rouge, chanter et danser. Se battre.
Humeur : Taquine

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Lun 15 Mar - 20:02

    Je ris doucement. Elle me devait bien ça … Non pas vraiment. Sa curiosité lui avait fait faire une minuscule bêtise, rien de plus, elle n’avait pas été obligée de m’aider à débarrasser mon camion, et encore moins à suer corps et âme pour moi. Une pizza qui restée chez elle, très sympa de sa part, mais ça ne serait pas assez pour nourrir un loup affamé. Étant donné que nous nous trouvions en pleine phase lunaire, mes besoins étaient décuplés. Je jetai un regard en direction de mon bolide. Nous n’allions pas rester ici. Il était dans les environs de deux heures à présent, j’avais affamé ma nouvelle -amie ?- voisine, je l’avais fait suer, et salir ses beaux vêtements. Je devais impérativement me racheter.

      _ C’est très sympa de me proposer votre pizza. Mais j’ai une autre idée. On pourrait aller voler deux bonnes pizzas. Je ne risque rien avec une criminelle comme vous …


    Je sentis mes lèvres se tordre en un sourire taquin, mon regard se faire plus séducteur, plus fort. Non je ne voulais pas le séduire, bien que mes pulsions sexuelles soient extrêmement intenses, je voulais simplement qu’elle accepte ma proposition, mon invitation. Je ne faisais réellement pas exprès de la regarder ainsi.

      _ En passant en ville ce matin j’ai senti … euh vu une pizzeria qui me semblait appétissante… Je vous invite. Après m’avoir aidé comme vous l’avez fait, je vous dois bien ça.


    Mes narines se dilatèrent, j’inspirai discrètement l’air. Une odeur musquée de transpiration flottait dans l’air, ma transpiration, et une autre plus fine, celle d’Amande. Contrairement aux Humains, nous les loups, ne sommes pas dégoûté par les odeurs corporelles [tout dépend de l’odeur aussi…], et celle de la transpiration a tendance à nous chauffé un peu. Bien heureusement je sais me maîtriser, quelques années de pratique à mon actif.
    Nous allions avoir besoin d’une bonne douche si nous ne voulions pas repousser tous les gens qui seraient susceptibles de nous approcher de trop près pour pouvoir nous sentir. De plus je savais très bien qu’Amande ne serait jamais sortie dans cet état là, ça se voyait. Une légère tendance à se nettoyer dès qu’une poussière lui atterri dessus, la pauvre elle avait dû craquer au bout d’un moment, car son petit short était dans un état. J’allai être obligé de lui offrir le pressing.

    Elle n’avait pas encore acceptée, mais je sautai sur l’occasion, son petit sourire en disait long. Elle acceptait. Si ce n’était pas le cas, je me gourai royalement, Hop, les deux pieds dans le plat… Mais mon savoir en matière de femme était assez étendu.

      _ Merci d’accepter. Et je vais devoir m’excuser auprès du plus grand bandit de toute la ville pour lui avoir fait salir son très joli short… je lui propose de lui offrir le pressing, ou encore mieux, de lui racheter ?! Celui convient-il à la grande criminelle en fuite ?


    J’attendis qu’elle soit descendu du camion et refermais les portes, loquet baissé. Puis, reprit mon tee-shirt que j’avais coincé dans la poche arrière droite de mon jean, et le mit sur mon épaule. La chaleur me fit presque tourner la tête, il fallait que j’aille vite sous la douche froide, et que je me remplisse le ventre également. Alors que je m’apprêtai à ouvrir la porte du hall d’entré, je dis à Amande :

      _ Je vous propose une douche, et je vous attends en bas dans … une demie heure ? -En voyant sa tête, je compris que j’avais pas misé assez long - Pardon, c’est vrai, vous les femmes, vous avez besoin de vous faire belle pour sortir, bien que votre charme naturel soit largement suffisant pour vous faire rayonner. Disons donc dans une heure en bas. Êtes-vous déjà monté dans une Ferrari Amande ?


    J’espérai qu’elle dirait non, qu’elle n’était jamais montée dans un bolide tel que le miens, je voulais être le premier à lui faire découvrir la vitesse à bord de cette merveille. Ha, j’étais fière de posséder une telle voiture. Un clin d’œil à la belle humaine, et j’entrais dans le hall, commençais à grimper les marches, et me retrouvai au troisième en quelques secondes.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amande L. Roches

avatar

Féminin Nombre de messages : 220
Localisation : Shreveport
Emploi/loisirs : Lycéenne
Humeur : Curieuse

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Mer 24 Mar - 0:45

    A vrai dire, j'étais heureuse qu'il me propose une pizzeria et mes lèvres s'étirèrent sans mon consentement. Il comprit très vite que j'acceptai son offre. Étais-je si transparente? Dans ce cas, j'avais du soucis à me faire car en ce moment même, mes émotions se résumaient à ''ne lui saute pas dessus''. Quant au short, était-il vraiment la peine de lui faire dépenser de plus d'argent pour le faire laver que le prix initial? Non, bien sur que non!

      -Ne vous inquiétez pas pour ce vieux short! C'est vraiment pas grave! Et puis, j'avoue qu'il m'a déjà servi pour de nombreux méfais... c'était un preuve gênante! Autant s'en débarrasser! Allons y pour une pizza alors!


    Je sautai du camion, atterrissant sur mes deux pieds avant d'observer Keziah fermer les portes. Le soleil me tapai sur la peau maintenant que je n'étais plus à l'ombre du véhicule. Il faisait une chaleur étouffante pour la Louisiane. Oui, une bonne douche me serait tout à fait bénéfique, et pas que pour la saleté, la transpiration qui me collai à la peau... un petit moment loin du jeune homme me permettrai de redescendre sur terre! Et puis, je n'allai certainement pas aller en ville dans cette état minable! Quoi? Une demie heure? J'allai répliquer lorsqu'il ne me proposa que trente pauvres petites minutes pour me préparer. Mais il se rattrapa bien vite, sans doute face à mon expression choquée, pour rajouter du temps. Après avoir levé les yeux au ciel face à sa réplique sur les femmes, je lui répondais:

      -Une heure, c'est parfait. Et à vrai dire, non, je ne suis jamais montée dans ce genre de voiture! Alors tu as… Oups! Oh, je peux te tutoyer? J'avoue que ça me soulagerai grandement! Je repris sur un ton de menace: Donc, tu as intérêt à pas me faire peur! Attention sinon! Je pointai un doigt en direction du beau brun pour ajouter de la menace.


    Sur ce, je suivis mon voisin dans les escaliers... ou plutôt, j'essayai de le suivre. Ce dernier se retrouvais certainement sous la douche alors que j'en étais seulement à ma troisièmes marches. Bon, j'exagère... quoique! Une fois chez moi, je fis très vite voler mes affaires avant de me jeter sous un jet d'eau froide, et après une bonne demie heure, je me retrouvais une fois de plus devant mon armoire à ne pas savoir quoi mettre. Un jean? Trop chaud! Une robe? Trop habillée! Un short ou une jupe? Plouf, plouf, plouf... un short en jeans! Soit! J'attrapai un marcel blanc et un espèce de long collier en argent avant de regarder le résultat dans mon miroir. Ça ferait l'affaire! Seul ma tignasse humide était gênante mais un brushing serait impossible avec une telle chaleur! Et bien tant pis...

    Je jetai un coup d'œil à l'heure pour constater qu'il ne me restait plus que quinze minutes pour me maquiller. Un trait d'eye-liner plus tard et il ne me restai plus que... et bien il était l'heure! Tout en attrapant mon sac, j'enfilai des spartiates puis je dévalai l'escalier pour trouver Keziah nonchalamment appuyer contre le mur extérieur.


      -Et bien, la Team Rocket est prête à aller jouer un mauvais tour! A nous une bonne pizza!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah S. Theets

avatar

Nombre de messages : 341
Localisation : Shevreport
Emploi/loisirs : Conduire sa belle ferrari rouge, chanter et danser. Se battre.
Humeur : Taquine

MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   Mer 31 Mar - 22:01

    j'ai fait le topic Ici (: Woilà, j'espère que ca te conviendra. Haha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A peine le temps d'arriver, que je rencontre déjà une belle demoiselle. [Amande L. Roches] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cornwell, Patricia] Kay Scarpetta - Tome 11: Dossier Benton
» La Méthode Lafay
» Combien de temps pour recevoir un PA? :)
» A peine arriver, aussitôt repartit.
» le temps precis....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives RPG-
Sauter vers: