Partagez | 
 

 Premiers pas à Bon Temps (Ethan Crowley)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Clarks

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Localisation : Bon temps
Emploi/loisirs : Serveuse / Étudiante infirmière
Humeur : Motivée

MessageSujet: Premiers pas à Bon Temps (Ethan Crowley)   Lun 30 Nov - 0:42

Spoiler:
 


    J'avais récupéré la maison de ma grand mère par miracle: Les locataires (qui pourtant l'occupaient depuis plus de dix ans) l'avaient quitté quelques mois plus tôt. Je n'avais aucuns souvenirs de cet endroit (ce qui était assez normal vu que je ne me souvenais de rien), je savais juste que je n'y avait jamais vécu, que j'y avais seulement passé quelques vacances avec mes grands parents, photos à l'appuie. C'était un bel endroit, calme et paisible qui avait gardé tout son charme.
    Malgré tout, je fus déçue. Quand je mis mon pieds dans la vieille demeure, je ne ressentit rien. Je ne parvenais pas à me souvenir des odeurs, aucunes images concrètes ne me revenaient en tête, j'avais été folle de croire qu'une partie de ma mémoire au moins pourrait peut être revenir avec ce voyage en arrière... De plus, rien n'était semblable aux photos: des murs avaient été détruit, des pièces changées de places, le carrelage n'était plus le même, idem pour les murs...
    Je soupirais, en plus de ne pas parvenir à retrouver les lieux de mon enfance, j'avais pas mal de travail. Même si j'avais réduit mon déménagement au stricte nécessaire, j'avais pas mal de cartons à trimballer... En effet, comme je savais être seule, j'en avais fait plus que nécessaire pour qu'ils ne soient pas trop lourds. Pour le peu de meubles que j'avais, ils me seraient livré dans l'après midi, totalement démontés. Par chance, je savais comment les remontés et j'avais le matériel.
    Je comptais bien reprendre ma vie à zéro, j'avais vendu l'autre maison de ma grand mère, celle que mes parents m'avaient laissé avant de fuir lâchement (pendant que j'étais dans le coma et quand ils ont su que je n'aurais plus de souvenirs...) et tout les meubles (ou presque) qu'elles pouvaient contenir. Sans compter l'argent que ma grand mère m'a légué à son décès et que mes parents n'ont pas pu récupérer dans leur fuite. J'étais seule, complètement seule...
    Et pourtant je n'avais pas l'intention de partir à la recherche de mes parents. Ils s'étaient enfui (après avoir essayer de me prendre le peu d'argent que j'avais) sans laisser de trace, juste quelques albums photos. Je les avais oublié malgré moi mais eux semblaient m'avoir oublié volontairement... Les photos montraient une famille unies, je ne comprenais pas mais je n'avais plus envie de savoir, je voulais reprendre une nouvelle vie, dans une nouvelle ville (ou presque).
    Cette maison était une aubaine pour moi: près de la nature pour m'aider à me ressourcer, pas trop loin d'une ville qui aujourd'hui m'étais totalement inconnue, dans un petit coin qui pourtant ne m'était pas si étranger... Je vivais le rêve de ma grand mère, il me semble qu'elle avait toujours voulu revenir ici avant de mourir, les colocataires étaient partis trois mois trop tard... J'avais bien l'intention de mettre une photo d'elle quelque part pour qu'elle soit près de moi.
    J'étais tellement triste de ne pas me souvenir d'elle, elle avait tant fait pour moi depuis mes 18 ans... D'après ce que je sais par mes anciens voisins, j'ai emménagé chez elle à cette époque pour l'aider, peu après la mort de mon grand père. C'est elle qui m'avait trouvé mon travail de serveuse là vas tout en me faisant donner des cours de droit (même si ça n'a jamais aboutit à mon rêve oublié: devenir avocate...). Je voulais me souvenir, mais comment?


    ****


    Après avoir fait un tour d'horizon, rêvé un peu, je retournais à mon Dodge Ram qui contenait tout ce que je devais transporter à la maison. Il était sur-chargé et j'avais du fermer le coffre de toit avec des cordes. Entre mes vêtements, le nécessaire vital pour se faire à manger et d'autres bricoles, j'avais tout de même pas mal de chose à ranger. Il était 10h20, j'avais encore 5h devant moi pour vider tout ça, ensuite, viendrait le tour des meubles et de l'électroménager, c'était une autre histoire...
    La maison était un peu excentrée, je n'avais donc pas de voisins proches ce qui, en un sens n'était pas plus mal. Seulement, cela voulait aussi dire que je devais faire tout ça toute seule... Je lâchais un nouveau soupir avant de me mettre au travail. Finalement, l'idée des cartons poids plume n'était pas si sotte, mon dos n'aurais pas pu survivre sinon! Et encore je comptais acheter des tas de nouvelles choses avec ma resserve d'argent (même si j'étais plutôt économe, reprendre à zéro c'était reprendre à zéro! Je n'avais gardé qu'un Frigo et deux trois meubles de rangement de ma grand mère, le reste serait neuf.).
    Alors que j'entamais mon troisième allé/retour, je pu distinguer une silhouette du coin de l'œil. Je stoppais à mis chemin entre ma voiture et la maison pour voir de quoi il en retournait. C'était sûrement mon voisin le plus proche ou un simple passant, peut être qu'il ou elle pouvait m'aider un peu? Je souriais, trop heureuse de ne pas être seule pour cette première journée plus éprouvante que je ne le pensais, même si c'était peut être qu'une présence éphémère...
    La personne qui se tenait en bas de mon allée à présent était un jeune homme plutôt charmant. Je lui lançais un sourire un peu plus sûr et avenant que le précédent avant de lui lancer un
    "bonjour"! enjoué. Après avoir posé mes deux cartons à l'endroit même ou je me tenais, je me dirigeais vers lui. Il ne faisait pas de doute qu'il était venu voir ce qu'il se passait ici et j'en était soulagée, je ne voulais pas qu'il se sente prisonnier!

_________________

« Finding my way back home... »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Crowley

avatar

Nombre de messages : 39

MessageSujet: Re: Premiers pas à Bon Temps (Ethan Crowley)   Mer 2 Déc - 15:51

Un corps saint dans un esprit saint, ou un esprit saint dans un corps saint. Je n'ai jamais été bon pour ce qui est de retenir les expressions de son genre. J'ai de la mémoire pour beaucoup de chose mais pas pour ça, je n'y arrive pas. J'évite de sortir ce genre d'expression en publique, je me fais un peu trop souvent corriger, ce qui est quelque peu honteux comme c'est dans notre culture depuis tellement d'année. M'enfin , je ne peux pas être parfait sur tout les points. La perfection n'a rien de bon à donner, elle n'apporte que des ennuis et j'en ai assez comme ça.

Aujourd'hui commence ma quatrième journée dans cette petite ville trop calme. Avec l'énergie qu'elle dégage je me serai attendu à beaucoup plus de mouvement que ça. La seule chose qu'il est arrivé est une lune bleue, et ça j'aurai très bien pu la vivre à un autre endroit.


Ce matin je suis donc ressorti à l'extérieure. J'ai un besoin explosif en moi de faire sortir l'énergie que cette lune Bleue ma donner hier. J'enfilla rapidement un pantalon de sport, enfin ce n'en est pas vraiment un , mais comme ce n'est pas une jeans, bah, je m'en sert comme tel. Je pris un T-Shirt et un chandail plus chaud comme la température est plutôt fraiche. Une fois vêtu je quitta la petite maison avec mon lecteur CD sur les oreilles. Et oui, vous avez bien lut, je suis toujours à la vieille technologie ! C'est sous le rythme de la musique de Gun And Roses que je me mis à courir.

Comme depuis quatre jours les rues du cartier sont plutôt tranquille. Il n'y a pas grand mouvement. L'activité principal des femmes de ma rue son de sortir leur chien en les regardant par la vitre de leur salon. Aucune bête ne semble attacher, souhaitons qu'un d'eux ne décide pas de faire la course avec moi ! Je ne suis pas assez rapidement pour m'enfuir.

Je m'engagea dans la rue derrière auquel ma maison tournait le dos. Le moteur d'un pick Up remplis de carton viens de s'arrêté. Une jeune femme blonde en a descendu. Je la regarda durant une faction de seconde tout en continuant ma route...

Je repassa sur cette rue une quinzaine de minutes plus tard, mais cette fois en marchant. J'avais le souffle un peu court comme j'avais décider de me donner à fond dans ma course. J'aperçus de nouveau la jeune femme. Cette fois elle me regarda. Je pu lire sur ses lèvres qu'elle me saluait.

-Bonjour!

comme j'avais mes écouteurs sur mes oreilles je ne pouvais entendre les sons extérieur. Quand je la vis s'approcher de moi je laissa tomber mon casque dans mon cou. Je vis du soulagement sur son visage. Pourquoi ce soulagement ?La vue de tout ses cartons et ce soulagement ne me donnait pas vraiment confiance en son approche. Dois-je m'enfuir avant qu'elle me demande ce que je ne pourrais refusé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Clarks

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Localisation : Bon temps
Emploi/loisirs : Serveuse / Étudiante infirmière
Humeur : Motivée

MessageSujet: Re: Premiers pas à Bon Temps (Ethan Crowley)   Jeu 3 Déc - 2:50

    Le jeune homme s'était arrêté devant mon allée. Vu son allure, il venait de faire du sport, sans doute de la course à pieds. Alors que je m'étais avancée vers lui pour le saluer, il avait pris un air un peu inquiet, sans pour autant manquer de me saluer à son tour. Je ne comptais pas lui demander son aide, je n'oserais pas. J'avais juste besoin d'une pause, d'un temps mort, d'un peu de compagnie. Ce déménagement était beaucoup plus dur que je ne l'avais pensé, mes sentiments étaient très partagés, je ne comprenais toujours pas le pourquoi j'en était arrivé là.

    "Vous tombez à pic! J'avais besoin d'une pause. Ne vous en faite pas, je n'ai pas l'intention de vous demander de l'aide, je peux m'en sortir seule et vous avez l'air d'avoir fait assez d'efforts pour la journée!"

    Lui dis-je en souriant alors que j'étais à présent devant lui. Je n'étais pas très sociale depuis mon accident (qui sait si je l'étais vraiment avant? Quoi que visiblement j'étais une bonne serveuse, agréable et sympathique...) mais là j'avais vraiment besoin de parler un peu, d'oublier que je venais de quitter le peu qu'il me rester pour me retrouver seule dans une maison dont je ne me souvenais que par le biais de photos...

    "Je m'appelle Lily Clarks, je viens d'Hamond. Si vous avez le temps, j'ai branché ma cafetière et je sais où son mes tasses. Vous êtes du quartier?"

    Mon enthousiasme m'effrayer un peu. Puis qui me disait qu'il n'était pas un psychopathe? Remarque, je n'avais plus grand chose à perdre aujourd'hui, je n'avais même plus d'amis pour me pleurer... Je ne sais pas ce que mes parents ont pu dire à mes proches avant de quitter la ville mais tout ceux qui visiblement étaient mes amis me fuyaient plus ou moins comme la peste... Seules les personnes de qui nous n'étions pas très proches (ou des clients) m'avaient aidé pour le déménagement, m'avait soutenu après mon accident et après le départ de mes parents. C'était sûrement parce que je leur faisais pitié mais, avant mon départ, je n'étais jamais vraiment seule...

    "Désolée de cette bouffée d'enthousiasme, je suis debout depuis 6h du matin et ce déménagement est assez éprouvant mentalement. J'espère ne pas trop vous faire peur..."


    Soudain, c'est moi qui eu peur. J'étais peut être entrain de traumatiser ce pauvre jeune homme qui n'avait rien demander au monde. S'il était un de mes rares voisins j'étais sûrement entrain de perdre ma seule chance de faire copain copain avec lui... Remarque si comme prévu je retrouvais un travail de serveuse, je pourrais me refaire quelques amis mais il est aussi bon de pouvoir compter sur l'étranger d'en face. Après un bref instant de doute, je reprenais mon sourire avenant dans l'espoir de lui faire oublier à quel point j'étais étrange. Même à mes yeux je n'étais pas dans mon état normal mais moi au moins, je savais à peu près à quoi je ressemblais avant cette rencontre fortuite..

_________________

« Finding my way back home... »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Crowley

avatar

Nombre de messages : 39

MessageSujet: Re: Premiers pas à Bon Temps (Ethan Crowley)   Mer 9 Déc - 15:56

En même temps que la jeune femme je fis les quelques pas qui me séparait d'elle. Plus j'avançais vers elle et plus je sentais quelque chose me piquer la peau. Je pouvais sentir du bout des doigts un faible pouvoir se dégager de femme qui venait tout juste de se présenté sous le nom de Lily Clarks. Je ne suis pas le genre de sorcier habituer de laisser mon pouvoir se dégager, normalement il faut me toucher pour me sentir. Tout en la laissant parler je m'efforçai discrètement de diminuer un maximum ce pouvoir en moi. Oui, je suis venu dans cette ville parce qu'elle renferme un grand potentiel de chose surnaturel, mais ce n'est pas pour autant que je veux être ficher rapidement comme nouvelle curiosité magique de la ville. Mieux vaut avoir l'aire normale comme je ne sais pas qu'est ce que je peux trouver dans cette petite ville d'apparence sans histoire. Surtout si on compte que la première personne que je croise en dehors d'une caissière de boutique est un être surnaturel.

-Ho, mais l'idée de vous donner un coup de main ne me pause aucun problème ! Ce n'est pas à 26 ans que quelques kilomètres de course va me vidé de toute mon énergie!

Je lui souris puis elle se présenta sous le nom de Lily tout en me parlant de venir prendre un café chez elle. Je ne pu faire que garder mon sourire. Cette idée était intéressante. Je ne suis pas du genre renfermé sur moi même, j'aime le contact avec les gens, peu importe ce qu'ils sont... Ses derniers temps acause de Kaly je n'ai pas eu la chance d'agrandir mes rencontres. Souhaitons que je puisse recommencer à être moi même maintenant le danger éloigner.

-Je suis Ethan Crowley. Si vous me permettez d'entré quelques boites au passe j'accepterais avec joie le café que vous me proposer. Et n'ayez crainte, il faut plus que de la bonne humeur pour m'effrayer.

J'ai vécus dans l'ombre durant deux ans... Durant deux ans je n'ai eut que Kaly comme seule compagnie et on ne peut pas dire que c'est la personne la plus joyeuse au monde. Je n'ai rien contre son coté renfermé ! Je comprend ce qu'elle a vécus et ce l'accepte, mais un peu de changement ne fait pas de mal. En venant m'installer ici je veux redevenir ce que j'ai pu être. L'Ethan Crowley paresseux et amical, j'ai besoin de beaucoup plus de couleur de ma vie.

En compagnie de la jeune femme je me mis à marcher dans son aller. Au passa je pris quelques boites . Comme elle était légère et que moi je suis grand, je me permis d'en empilé trois. Tout en me mettant au travaille je continua de parler comme si je ne faisais rien.

-Je suis arrivé ici il y a quatre ou cinq jours, j'ai déjà perdu le conte...

Un petit sourire en coin à l'apparence embarrasser se dessina sur mon visage.

-... J'aime déjà l'endroit. C'est remplis de vie, rien à voir avec les grosses villes. J'habite deux rues plus loin.

Je m'arrêta devant sa porte, les mains pleines de boite. J'attendais qu'elle me donne la permission d'entré et surtout qu'elle m'ouvre la porte. Ce n'est pas les mains remplis de boite que je peux l'ouvrir sans tout faire s'écrouler... et je suis trop paresseux pour mettre les pauser au sol... ET oui ! Me tenir en forme ne veut pas absolument dire ne pas être paresseux !

[Mon Rp est nul ! je sais ! XD Je tacherai de faire mieu au prochain ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Clarks

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Localisation : Bon temps
Emploi/loisirs : Serveuse / Étudiante infirmière
Humeur : Motivée

MessageSujet: Re: Premiers pas à Bon Temps (Ethan Crowley)   Jeu 10 Déc - 14:40

    Je lui souris, le jeune homme voulait bien l'aider. Ce n'était pas plus mal mais ce n'était pas non plus primordial vu le poids des cartons. En plus d'accepter de me donner un coup de main, il acceptait de boire un petit café: que demander de plus? Ce premier contact avec le voisinage était des plus sympathique et il me remontait de beaucoup le moral.

    "Et bien pourquoi pas! Si en plus de me tenir compagnie vous accepter de m'aider je ne vois pas ce que je peux demander de plus!"

    Lui rétorquais-je joyeusement. Il s'était, au passage, présenté sous le nom d'Ethan: Premier Ethan de la liste des "connaissances de ma nouvelle vie" (dans tout les sens du termes). Je lui lançais un léger signe de la tête (toujours souriante) qui signifiait un "enchantée" amical et bienveillant. Alors que nous partions en cœur vers la maison en emportant quelques boites, il me confia qu'il n'était là que depuis peu mais qu'il aimait déjà l'endroit.

    "Je n'ai pas encore bougé de ma petite maison comme vous pouvez vous en douter mais en passant en voiture l'endroit m'a pas mal plu. Les gens sont tous dehors, voisins chez voisins. Pour ce qui est des grandes villes... Je ne les connais pas trop car ma ville natale n'est pas bien grande. Mais j'en ai traversée une il y a peu et c'est trop grand pour moi!"

    Je n'étais pas vraiment sauvage mais l'ambiance des grandes villes semblait me rendre un peu claustrophobe... Bon temps était donc une alternative idéale à Hammond, petite et chaleureuse. nous entrions à présent dans la maison. Elle était vide de meubles mais très lumineuse et grande. Le sol était en parquet et les murs étaient blancs dans presque toutes les pièces. Il y avait un escalier qui menait aux deux chambres et à la salle de bain alors que le Rez-de-chaussée comportait trois pièce: une cuisine, une salle à manger et un séjour. De l'autre côté, à travers la porte fenêtre de la salle de vie, on pouvait voir la forêt, immense et sans clôture pour la séparer du micro jardin.

    "Désolée, ce n'est pas très joyeux pour le moment... Mais je pense pouvoir en faire quelque chose de très sympathique une fois que tout mes meubles seront arrivés et installés."

    Expliquais-je alors que je le guidais vers la cuisine qui avait, sur ma demande, était vidée de ses éléments. Tout reprendre à zéro était tout reprendre à zéro, dès demain j'irais m'acheter une cuisine et le Frigo arriverait ce soir avec un petit 'butagaz', de quoi vivre assez longtemps en attendant la fin des travaux. Sur une petite table improvisée, j'avais installé la machine à café que j'avais branché à la première prise venue. Depuis mon arrivée, j'avais surtout fait le ménage et la maison brillait donc de mille feu.


    "Le sol est propre, je sais que s'assoir par terre n'est pas l'amusement de tout le monde mais je n'ai pas vraiment d'autres sièges à proposer... Enfin, vous pouvez toujours le boire debout si vous préférez! J'ai un peu de lait et du sucre, vous en voulez? J'ai aussi quelques gâteaux..."

    J'avais emmené de la voiture une petite glacière et un carton. Celui ci était un peu plus lourd que les autres car il contenait son "nécessaire à thé/café". Tout en parlant au jeune homme, je sortais deux tasses et commençais à les rincer par précaution dans l'évier qui était le seul survivant de la cuisine et qui n'en était plus vraiment un... (Juste un robinet avec une bassine en dessous.).

    "Alors, qu'est ce que je vous sert? J'ai aussi un peu de thé si vous préférez!"

    Je souriais toujours, pleine de joie et d'entrain: la bonne humeur incarnée.


_________________

« Finding my way back home... »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Crowley

avatar

Nombre de messages : 39

MessageSujet: Re: Premiers pas à Bon Temps (Ethan Crowley)   Mar 29 Déc - 16:18

[DESOLER! Je suis trop en retard !! Désoler Désoler DÉSOLER!!! Je ne t'ai pas oublier j'ai juste eu un empêchement du au fête ^^' ]

La jeune femme fini par me faire entré dans sa demeure. Une femme qui laisse entré un homme qu'elle ne connait pas chez elle est stupide courageuse ou tout simplement trop confiante ? C'est toujours une question que je me suis souvent pauser. Avec tout ce qu'on peu voir dans ce monde c'est dangereux de vivre chez soit même avec le chien le mieux dresser au monde pour l'attaque et avec comme serrure un deux par quatre de fonte. Quoi qu'il ne faut pas oublier que cette femme à un pouvoir développer, chose qui peu jouer beaucoup sur sa manière de penser. Surtout que je ne sais pas de quoi elle est capable, elle peut être plus puissante que moi.... c'est peu-être moi l'insouciant dans cette histoire....

-Ho, mais ne vous en faite pas avec votre ménage. Je suis ici depuis une semaine et je n'ai pas encore réussi à donner ma touche de chaleur à ma maison, je trouve donc normal de ne pas trouver ça ici durant un déménagement.

Je lui souris d'une manière tout a fait naturel. Je ne me force jamais pour ce genre de chose, le monde est tellement triste... Si tout les sourire devenaient hypocrite sa serait le bout du bout ! Je passa avec la jeune femme dans ce qui était sa cuisine. Je fis le tour de la pièce des yeux avant de mettre les boites au sol. Je ne savais pas ce qu'elle contenait, je ne pouvais donc pas les mettre à un endroit ou elles trouveraient plus leur place. Et une fois entré les changer d'endroit n'est pas bien compliquer.

Comme je le disais je regardais la pièce. Il n'y avait plus grand chose... La vie de la machine à café m'arracha de nouveau un sourire, que je garda caché à l'intérieur de moi pour ne pas ressemblé à un imbécile heureux.

-C'est à ce genre de détail qu'on reconnait les accros à la caféine. J'ai bien choisi la maison ou m'arrêté.

Je ne suis pas un addict du café, mais depuis deux ans cette boisson chaude est devenu une mauvaise habitude à boire. Mais quand il faut resté éveiller à tout prix, tout les moyens sont bon pour ne pas fermer l'oeil. Souhaitons que dans cette ville je puisse enfin véritablement dormir. Il me semble que des siècles ont passer depuis ma dernière véritable nuit....

Malgré ma petite réflexion intérieure j'écouta la femme parler sans manquer un mot de tout ce qu'elle avait à m'offrit. Cette petite Lily semble un peu trop du genre à ce casser la tête pour savoir ce que font deux plus deux. Enfin c'est l'impression qu'elle me donne en se moment en me proposant mille et un truc.

-Ne vous en faite pas, j'ai connu pire que devoir m'assoir sur un sol et je bois à peu près n'importe quoi qui peu avoir bon gout. Inutile de vous cassez la tête. Fait comme bon vous semble,mais évité l'arsenic, j'ai tendance à ne pas digéré .

Je lui fis un petit clin d'oeil tout en me laissant m'accoté au mur. Lorsque qu'elle se metrait au travaille si elle ne se met pas à trop parler j'irai probablement chercher le reste de ses boites. Elle m'offre à boire, je serais égoïste de ne pas lui donner un coup de main avec ses boites.

- Cette maison semble immense, vous allez être combien à vivre ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premiers pas à Bon Temps (Ethan Crowley)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premiers pas à Bon Temps (Ethan Crowley)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives RPG-
Sauter vers: